F 1: la Wallonie s'accroche... en vain?

Une petite journée de débats, souvent laborieux, pour rien? Sans le savoir, les députés du Parlement wallon ont probablement perdu leur temps, mercredi. Alors qu'une majorité alternative MR, PS et CDH - une première sous cette législature régionale - approuvait par 50 voix, contre 12 refus écologistes, une résolution visant à tout mettre en oeuvre pour sauvegarder l'édition 2003 du Grand Prix de Francorchamps de Formule 1, on apprenait en fin de journée que la FIA n'entendait pas revenir sur la décision adoptée en début de semaine dernière!

Pierre-François Lovens
F 1: la Wallonie s'accroche... en vain?
©Jean-Luc Flémal

Une petite journée de débats, souvent laborieux, pour rien? Sans le savoir, les députés du Parlement wallon ont probablement perdu leur temps, mercredi. Alors qu'une majorité alternative MR, PS et CDH - une première sous cette législature régionale - approuvait par 50 voix, contre 12 refus écologistes, une résolution visant à tout mettre en oeuvre pour sauvegarder l'édition 2003 du Grand Prix de Francorchamps de Formule 1, on apprenait en fin de journée que la FIA n'entendait pas revenir sur la décision adoptée en début de semaine dernière! Une véritable douche froide pour ceux qui, ces derniers jours, avaient retrouvé l'espoir d'infléchir la Fédération internationale d'automobile...

`La FIA constate que la presse belge fait état de supputations concernant un éventuel sauvetage de l'édition 2003 du Grand Prix de Formule Un, dont l'exclusion a pourtant été prononcée à titre définitif´, peut-on lire dans un communiqué officiel de la FIA, relayé par l'agence Belga. Ce qui signifie que lors de son assemblée du 13 décembre prochain, le Conseil mondial du sport automobile n'aura d'autre choix que de rayer Francorchamps du calendrier 2003 de la F 1.La porte n'est toutefois pas fermée. Si la loi belge interdisant la publicité sur le tabac devait être revue avant la réunion de la mi-décembre, le Grand Prix spadois pourrait retrouver sa place au calendrier de 2004, ajoute la FIA. Et au plus vite cette révision intervient, est-il précisé, `au plus les chances de revenir dans le circuit seront grandes´. A bon entendeur...

`Un handicap majeur´

Revenons-en au débat parlementaire wallon. A vrai dire, il n'aura rien apporté de neuf sur le fond du dossier. Politiquement, en revanche, il a démontré qu'Ecolo est dans une position délicate au sein de la majorité arc-en-ciel. L'accrochage, aussi bref que virulent, entre le député Marcel Cheron et le ministre-Président Jean-Claude Van Cauwenberghe (PS) a suffi pour résumer la forte tension traversant le gouvernement wallon, au sein duquel José Daras et Thierry Detienne doivent se sentir bien mal à l'aise...

`L'enjeu est important pour la Wallonie et je regrette que certains tentent de l'instrumentaliser à des fins politiciennes, cherchant un positionnement politique plus qu'une solution globale au problème´, a lancé M.Van Cauwenberghe, provoquant une fameuse grogne sur le banc Ecolo, transformé en l'espace d'un débat en banc de l'opposition. Et Van Cau de constater amèrement: `Ne pas au moins créer l'unanimité wallonne à ce sujet constitue un handicap majeur´, référence aux tentatives francophones d'amadouer certains députés fédéraux flamands récalcitrants à venir au secours de Francorchamps.

Peine perdue, en effet. Entre le groupe Ecolo du Parlement wallon et la position défendue par le Secrétariat fédéral, il n'y a pas eu, mercredi, l'espace d'une feuille de papier à... cigarette! `Nous ne voulons pas revenir sur une loi votée dès 1997 à une large majorité et confirmée en juillet dernier´, a expliqué Xavier Desgain, chef de groupe.

Socialistes et libéraux ont, dans ces conditions, obtenu le soutien de l'opposition CDH au terme d'un long débat visant à intégrer deux propositions de résolution. On y retrouve deux grands principes. Un: mobiliser les membres du Sénat et de la Chambre, d'ici le 13 décembre, pour assurer la pérennité du GP de Francorchamps. Deux: défendre la création d'un Fonds de prévention contre les nuisances des assuétudes, du tabagisme en particulier, dont le financement implique `tous les niveaux de pouvoir´. Mais tout cela apparaît bien tardif.

© La Libre Belgique 2002


Ducarme: `Cela ne m'amuse plus´ Quand vont donc cesser les chamailleries entre les libéraux et les écologistes? Depuis quelque temps, les responsables des deux partis s'envoient des noms d'oiseaux à la tête: les bleus se plaignent de l'intransigeance et de l'intégrisme des verts. Lesquels estiment que les réformateurs tiennent des discours purement électoralistes. Mercredi, le président du MR, Daniel Ducarme, estimait qu'il était temps que cette petite guerre se termine. `Cela ne m'amuse plus...´, nous a-t-il déclaré. Le but des libéraux n'est-il pas de déstabiliser le pôle des gauches? `Il se déstabilise bien tout seul´, estime le président du MR. Cela dit, il confirme bien qu'il n'y a pas de lien objectif entre le dossier des exportations d'armes et celui du Grand Prix de Francorchamps. `Pour le premier, il y a eu une négociation gouvernementale avec la participation de parlementaires, dont les nôtres. Un accord est intervenu sur les amendements, dont l'intégration dans la loi du code de conduite européen. Nous respecterons l'accord. Le dossier de Francorchamps est strictement parlementaire. Il faut trouver une majorité pour soutenir la proposition Monfils-Happart, qui peut encore être amendée.´ (V.d.W.)