Spa-Francorchamps à mi-Grand Prix

On avait battu le rappel. Même Philippe Bodson était là - c'est dire. Même Christine Cornet d'Elzius aussi, autre MR, pourtant fracturée à la jambe: on alla la quérir dans son Condroz! C'est dans l'autre camp, ou clan, qu'il y eut une absence: Jacky Morael (Ecolo) s'est empêtré dans des problèmes de circulation...

Paul Piret
Spa-Francorchamps à mi-Grand Prix
©Belga

On avait battu le rappel. Même Philippe Bodson était là - c'est dire. Même Christine Cornet d'Elzius aussi, autre MR, pourtant fracturée à la jambe: on alla la quérir dans son Condroz! C'est dans l'autre camp, ou clan, qu'il y eut une absence: Jacky Morael (Ecolo) s'est empêtré dans des problèmes de circulation... Du coup, ce n'est pas par une voix d'écart mais par deux, 36 contre 34 (et aucune abstention), que le Sénat a adopté jeudi `l'exception Francorchamps´. On veut dire: la proposition Monfils-Happart-Thissen (MR, PS, CDH) qui déroge à la loi de 1997 interdisant la pub tabac, pour `les événements et activités organisés au niveau mondial´. Et ce, jusqu'au 1er octobre 2006.

Ont donc voté pour, à la grande satisfaction des supporters de Francorchamps venus par car occuper la tribune du public: les MR, VLD (-2), PS, CDH et le SP.A Moens. Ont voté contre: les Ecolo, Agalev, SP.A (-1), CD&V, Vlaams Blok, les VLD Kestelijn et Vankrunkelsven, l'autre ex-VU Vandenbroeke. On n'est pas loin du clivage communautaire total: seulement 12 sénateurs néerlandophones sur 41 ont voté pour, et 5 francophones sur 29 ont voté contre. `On ne fait pas de cadeau à la Wallonie; on soutient que ce n'est pas la pub qui tue, mais le tabac´, plaida pourtant, jeudi matin encore, le néo-VLD Vincent Van Quickenborne. `Le front flamand est parti en fumée... de cigarette´, lui rétorqua Hugo Vandenberghe, chef de groupe CD&V.

En juillet dernier, avant la condamnation du Grand Prix 2003, une proposition très proche avait échoué par 35 voix contre 31 (et une abstention). Deux éléments ont changé depuis. 1° Le soutien du judoka VLD Jean-Marie Dedecker (c'est d'abord pour lui qu'on a élargi l'exception, alors cantonnée à une compétition de sport mécanique par an et par région). 2° L'appui unanime des 5 sénateurs CDH, écartelés l'été, avec force promesses de Fonds contre le tabagisme à l'appui. La pression fut forte sur Georges Dallemagne, qui avait voté contre l'exception en juillet. `Suivez votre conscience!´, lui lança son collègue toubib Patrik Vankrunkelsven. `Je vais voter pour, en espérant que le Grand Prix de Francorchamps soit sauvé, se justifia Dallemagne. Et en espérant que l'on mettra autant d'énergie à lutter contre le tabagisme´...

Piste glissante

Le plus dur reste à faire. Sur base des rapports de force sénatoriaux, le texte ne passera pas au second tour requis. Celui de la Chambre. En tout cas, en plénière: même si aucun calque précis n'est possible, on en est à quelque 80 députés contre les exceptions, et 70 pour.

Pour les soutiens du projet, le seul salut parlementaire ne peut venir que des socialistes flamands. Il faudrait qu'une bonne partie des 14 députés SP.A au moins s'abstiennent. Mais pourquoi le feraient-ils, alors que la loi d'interdiction sortit naguère de leurs rangs, alors que le SP.A est déjà le plus réticent à s'embarquer dans des Fonds fédéraux qui flirtent avec des compétences des communautés? Ou alors, il faut imaginer que le gouvernement, sortant de sa ligne, exerce quelque pression... Mais rien n'est moins sûr.

En attendant, le débat d'hier ne pouvait plus rien apporter de neuf. Hormis quelques invectives. Marie Nagy (Ecolo):

`Vous servez les intérêts des cigarettiers, c'est lamentable!´ ; Monfils: `N'importe quoi!´. René Thissen (CDH): `Pendant 3 ans, les ministres fédéraux Agalev de la Santé n'ont rien fait contre le tabagisme!´ ; Marcel Cheron (Ecolo): `N'importe quoi!´.

De part et d'autre, `n'importe quoi´? Symbole?

© La Libre Belgique 2002