Monti et Kimi sont chauds!

D. St.

BUDAPEST Pris en sandwich entre Kimi Raikkonen et Juan Pablo Montoya en conférence de presse, Fernando Alonso ne pouvait pas se soustraire au jeu des pronostics en vue de cette fin de Championnat du Monde qui aura été rarement aussi palpitante. «Mes deux compères présents ici à mes côtés recèlent davantage de possibilités que Michael Schumacher, surtout compte tenu de la compétitivité des pneus Michelin, explique l'Espagnol. Maintenant, il est clair qu'un accident ou un abandon peut aussi compromettre la fin de saison de chacun.»

Un accident comme celui, par exemple, qu'a eu la chance d'éviter Juan Pablo Montoya lors du 62e tour hier, lorsque le Colombien a rattrapé par la peau des fesses sa Williams-BMW, partie en tête-à-queue. «J'ai commis une erreur à l'entrée de ce virage», reconnaissait d'ailleurs le dauphin de Michael Schumacher après la course.

Une erreur qui ne prêta pas à la moindre conséquence mais qu'il n'aura pas intérêt à répéter trop souvent lors des trois derniers GP. «Mon départ fut catastrophique, poursuit Montoya. J'avais l'impression que ma monoplace était ancrée au sol. D'accord, j'étais sur la partie la plus sale, mais quand même! Michael s'est alors retrouvé devant moi, mais je n'ai pas voulu courir de risque inutile, préférant attendre les ravitaillements pour éventuellement le dépasser. Ce qui s'avéra.»

Si Williams-BMW a déboîté Ferrari au classement des constructeurs, Juan Pablo Montoya n'en a donc pas (encore?) fait autant. En fin de compte, il a même vu Kimi Raikkonen lui reprendre deux points hier. Iceman, mine de rien, a réussi un bien joli coup à l'Hungaroring. «Je termine 2e après m'être élancé de la 7 e place sur la grille et, compte tenu du fait que Fernando Alonso et sa Renault étaient intouchables, je ne peux que me montrer très satisfait. Au départ, j'ai essayé de faire l'extérieur à Barrichello, mais le Brésilien a fermé le passage. Du coup, je suis passé à l'intérieur et j'ai gagné trois places! Ma MP 4-17D, qui est toujours la même depuis le début de saison, fait montre d'une extrême fiabilité. Des trois derniers circuits, c'est sur celui d'Indianapolis que je devrais tirer un meilleur bénéfice.»

© Les Sports 2003

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...