Un Sato vraiment explosif

O. d.W.
Un Sato vraiment explosif
©EPA

NÜRBURG Même si un Jenson Button se plaignant d'un manque de grip et en retrait tout au long du week-end est, chanceusement cette fois, monté sur son 5e podium en six courses, c'est son équipier kamikaze Sato qui a assuré le spectacle.

Aux essais d'abord où le jeune débridé de chez BAR-Honda se paya sa première ligne, le meilleur résultat d'un Japonais en qualifications. Un bon départ pour un premier podium pensait-il avant de rater son envol. Quatrième à l'amorce du premier virage, le téméraire Takuma récupéra vite son rang au prix d'un audacieux freinage. «Si je ne m'étais pas écarté, il m'aurait sorti», racontait un Trulli à nouveau victime de la fougue du bouillant Nippon deux virages plus loin, à l'abri des caméras. «Il a commis une erreur. J'ai pris l'intérieur pour le passer, mais il a fermé la porte. Sa roue avant droit a touché ma roue avant gauche et j'ai presque perdu le contrôle de ma monoplace. Dans la confusion, j'ai même appuyé sur le limiteur de vitesse, ce qui m'a coûté plusieurs positions», poursuivait un vainqueur monégasque encore bloqué dans le trafic après son premier arrêt, mais néanmoins remonté de la 7e à la 4e place après que son équipier Alonso, ralenti par Raikkonen en début de course où il occupait la 3e position, eut perdu quelques rangs suite à une incursion hors piste.

Banzaï Sato, lui, n'avait pas attendu les Renault. Cravachant une BAR-Honda plus puissante, le petit Japonais récupérait le 3e rang après les premiers ravitaillements. Avant -trop impatient - de perdre son sang-froid, son aileron avant et son premier podium en forçant le passage au 46e tour sur un Barrichello s'écartant pour éviter que les deux monoplaces restent sur le carreau. Une manoeuvre culottée qui aurait encore fait couler pas mal d'encre et de salive si elle avait opposé Montoya et Schumi. Mais qui resta non sanctionnée par des commissaires sportifs sans doute soulagés de voir que le Japonais se brûla lui-même les ailes en rentrant au stand pour changer son museau, puis en explosant son moteur. Heureusement pour Honda fêtant ses 40 années de compétition, son équipier Button prit la relève.

© Les Sports 2004





   LIENS PUBLICITAIRES
   
    "Ascenseurs - Nouvelles exigences de sécurité de l'A.R. du 09/03/2003"

Pour faire un peu de sport certaines personnes empruntent l’escalier plutôt que l’ascenseur. C’est bien ! Il n’empêche, nous passons chaque année, plusieurs heures dans les ascenseurs et trouvons normal que les 75.000 appareils du parc belge nous conduisent, en toute sécurité, aux étages voulus.