Schumacher bloqué en sixième?

Voici quinze ans quasi jour pour jour (c'était le 18 juin 1989), au volant d'une Williams-Renault, Thierry Boutsen signait le premier de ses trois succès en F 1 sur le circuit de l'île Notre-Dame à Montréal.

Schumacher bloqué en sixième?
©AP
Daniel Striani

Voici quinze ans quasi jour pour jour (c'était le 18 juin 1989), au volant d'une Williams-Renault, Thierry Boutsen signait le premier de ses trois succès en F 1 sur le circuit de l'île Notre-Dame à Montréal. Ils ne seront sans doute pas nombreux à y songer à l'occasion de ce week-end canadien, qui sera aussi orphelin de l'enfant du pays, Jacques Villeneuve, qui n'a rebondi dans aucun baquet cette année et qui devra probablement attendre l'an prochain pour rouler à nouveau sur ce tracé qui porte le nom de son père.

Sextuple lauréat de ce GP du Canada, le... sextuple champion du monde Michael Schumacher, déjà vainqueur à... six reprises cette saison, jouera-t-il à nouveau dans une autre pièce ce week-end? «Nos monoplaces se sont toujours très bien comportées sur le circuit Gilles Villeneuve et je ne vois pas pourquoi il en irait autrement cette fois-ci», résume le pilote allemand de la Ferrari.

Au sortir des essais privés à Silverstone, une poignée de jours après sa victoire au GP d'Europe au Nürburgring, Schumi a débranché la prise en compagnie de sa petite famille pour s'en aller goûter à quelques jours de repos au milieu de la nature aux Etats-Unis. Le retour aux affaires courantes est ainsi plus soft. Appelé à se pencher sur ses rivaux ici à Montréal, Michael Schumacher ne fait aucun mystère des forces en présence. «Nos vraies rivales seront, je pense, les BAR-Honda. En fait, ce circuit se rapproche assez de celui d'Imola. Et souvenez-vous donc comment sut notamment se distinguer Jenson Button en avril dernier à Saint-Marin!»

Deuxième justement à Imola, comme il le fut un peu plus tard à Monaco, le pilote britannique de la BAR-Honda est conscient que l'heure de sa première victoire en GP n'est plus si éloignée. «Lors du dernier GP d'Europe, ma monoplace avait très bien roulé aux essais libres avant de marquer le pas en qualifications, souligne Button. Cela a forcément contrarié mes plans pour la course, mais malgré ça, j'ai encore décroché la troisième place du podium. Je suis très confiant pour ce GP du Canada car, en outre, les pneus Michelin ont pour habitude de très bien fonctionner à Montréal. Enfin, notre 006 bénéficiera ce week-end d'une nouvelle évolution du moteur Honda. Nous serons donc plus rapides, mais ne me demandez pas de combien!»

© Les Sports 2004

Sur le même sujet