«Je n'ai pas le sentiment que je roulerai dimanche»

Après Francorchamps, mardi, pour officialiser sa participation fin du mois aux 24 Heures sur la Gillet Vertigo d'usine et la visite de Cosworth hier, Bas Leinders a débarqué, ce matin à Silverstone, avec armes, bagages et... sa famille. «C'est la 1re fois que mon fils aîné Esteban vient sur un GP», confie le Limbourgeois, pas convaincu qu'il débutera en Grand Prix dimanche.

Olivier de Wilde

Après Francorchamps, mardi, pour officialiser sa participation fin du mois aux 24 Heures sur la Gillet Vertigo d'usine et la visite de Cosworth hier, Bas Leinders a débarqué, ce matin à Silverstone, avec armes, bagages et... sa famille. «C'est la 1re fois que mon fils aîné Esteban vient sur un GP», confie le Limbourgeois, pas convaincu qu'il débutera en Grand Prix dimanche.

Vendredi dernier à Magny-Cours, son manager Marc Guiot nous avait pourtant affirmé que son pilote n'avait jamais été aussi proche d'une place de titulaire. «Tous les atouts sont réunis. Bas a la confiance de l'équipe. Le budget est là. Si Bruni n'a pas payé ce qu'il doit au team pour jeudi prochain, nous aurons un Belge au départ du GP d'Angleterre.» L'échéance ultime fixée par Paul Stoddart et le contrat de l'Italien est donc arrivée. Et aux dernières nouvelles, Gianmaria n'aurait pas encore réglé sa note. Cela signifie-t-il, si sa dette se confirme aujourd'hui, qu'il sera à pied demain et que notre compatriote prendra sa place samedi? «Personnellement, je n'y crois pas vraiment, avoue le réserviste de l'équipe. Je ne pense pas que je vais rouler au-delà des essais libres de vendredi. Depuis quelques jours, j'ai l'impression que la tempête au sein du team s'est calmée. Que Paul Stoddart a déjà oublié l'épisode d'Indianapolis. A sa place en tout cas, je ne me ferais pas rouler. On ne remplace pas un pilote comme cela la veille d'une course. Mais je ne suis pas l'Australien. Ce serait une bonne surprise qu'il donne mon nom, aujourd'hui, à la FIA à la place de celui de Bruni. Je suis prêt, mais je le répète, je ne pense pas que ce sera pour ce week-end.»

Du moment qu'une solution peut être trouvée pour le GP de Belgique, dans maintenant sept semaines. «Il est clair que si je pouvais choisir entre Francorchamps et n'importe quel autre GP, je n'hésiterais pas...»

© Les Sports 2004

Sur le même sujet