Bernie n'interviendra pas

D. St.

BUDAPEST On vous l'explique par ailleurs, la perspective de voir Bas Leinders disposer d'un des deux baquets officiels chez Minardi l'an prochain ne fait manifestement plus aucun doute. Sportivement parlant, il est clair que ce que démontre le vendredi matin notre compatriote au volant d'une monoplace moins compétitive (moteur usé et appuis aérodynamiques différents) que celles mises à dispositions de Baumgartner et de Bruni a éveillé l'attention des initiés. À l'Hungaroring, le pilote campinois a été plus rapide que les deux titulaires tant le matin que l'après-midi.

Bref, à quinze jours du GP de Belgique, Leinders a mis gentiment la pression sur Paul Stoddart, le patron de l'écurie. Cela suffira-t-il à déloger Bruni ou Baumgartner l'espace d'une course dans quinze jours dans notre Ardenne? Dans l'entourage de Bas Leinders, on espérait secrètement que Bernie Ecclestone y aille de son intervention divine auprès de Paul Stoddart pour le convaincre d'aligner Bas à Francorchamps. D'autant plus que le big boss de la F 1 apprécie généralement qu'un pilote local prenne le départ de son GP national. On demanda donc à Bernie Ecclestone s'il comptait, comme on le pensait, prendre langue à ce propos avec Paul Stoddart. «Ce sont des... conneries pures et simples ( sic ), nous a-t-il répondu. Chaque fois que je parle à Stoddart, la seule chose qu'il sait me demander en retour, c'est de l'argent. Dans ces conditions, je préfère ne pas lui demander quoi que ce soit. En plus, son attitude est de plus en plus agressive dans le paddock. Vous savez, il oublie à mon sens trop souvent que la F 1 n'a pas besoin de lui mais qu'au contraire, c'est lui qui se fait de la pub grâce à la F 1.»

Si on sait qu'en F 1 les avis peuvent changer rapidement, voilà en tout cas un appui que Bas Leinders n'obtiendra pas dans la lutte pour décrocher un baquet à Francorchamps pour tout le week-end, non plus seulement pour le vendredi.

© Les Sports 2004