Pas de nouveau moteur pour Schumi

C'était, ce jeudi, en Malaisie, l'info du jour. Alors que Nick Heidfeld, Christjan Albers et les deux pilotes BAR ont logiquement profité de leurs abandons -volontaires ou non- à Melbourne pour disposer en Malaisie d'un nouveau V 10 sans encourir la moindre pénalité, Michael Schumacher a décidé de réutiliser le même bloc qu'en Australie. Votre module F1.

Pas de nouveau moteur pour Schumi
©EPA
Olivier de Wilde

C'était, ce jeudi, en Malaisie, l'info du jour. Alors que Nick Heidfeld, Christjan Albers et les deux pilotes BAR ont logiquement profité de leurs abandons -volontaires ou non- à Melbourne pour disposer en Malaisie d'un nouveau V 10 sans encourir la moindre pénalité, Michael Schumacher a décidé de réutiliser le même bloc qu'en Australie. Une décision stratégique de l'écurie Ferrari prouvant ceci:

1 La Scuderia a totale confiance dans la fiabilité de son V 10 à la veille du Grand Prix le plus chaud et sans doute le plus éprouvant de l'année pour les mécaniques. Une excellente nouvelle pour «Schumi» dont le moteur a quand même couvert les deux tiers de la distance autour de l'Albert Park, mais aussi pour Rubens Barrichello, deuxième d'un championnat que le Brésilien rêve toujours de gagner.

2 Cette surprenante option signifie sans doute que la nouvelle monoplace F 2005 accumulant cette semaine les tours à Fiorano avec Luca Badoer apparaîtra en Grand Prix deux courses plus tôt que prévu, soit début avril, à Bahreïn, théâtre du troisième rendez-vous de la saison, plutôt qu'en Espagne, le 8 mai. En effet, si le moteur de «Schumi» avait été changé pour Sepang, la nouvelle réglementation de deux Grand Prix par V 10 l'aurait obligé à encore utiliser le même moteur et donc le même châssis dans quinze jours. En effet, le moteur 2004 ne rentre pas dans la F 2005. Et le septuple champion du monde n'aurait sans doute pas pu accepter que son équipier dispose de la nouvelle Ferrari quinze jours avant lui.

3 Ce choix tactique insinue également que, quoi qu'ils en disent, les «Rouges» ne sont pas trop satisfaits du niveau de compétitivité de leur ancienne monoplace et craignent d'être en retrait ce week-end. Sinon pourquoi précipiter les débuts de la nouvelle voiture?

«Rien n'est encore franchement décidé quant aux débuts officiels de notre nouvelle monture. Tout est possible!, a déclaré un Michael Schumacher tout à fait serein. Il est clair que le plus tôt sera le mieux, même si la F 2004 s'est révélée plus compétitive que nous l'espérions. Rubens a quand même terminé deuxième en Australie, et ce, en partant de loin. L'engagement ou non de la F 2005 à Bahreïn dépendra des résultats des essais de validation menés d'ici là. On ne souhaite prendre aucun risque.»

Ne pas monter un nouveau moteur alors qu'il en avait la possibilité à la veille du Grand Prix le plus dur de la saison en constitue, toutefois, un. «Pourquoi? Mon moteur n'a pas été endommagé dans l'incident de Melbourne. Il est même plus frais que tous ceux qui ont terminé la course. Je suis sur un pied d'égalité avec mes adversaires. Hormis pour Nick Heidfeld et les BAR, le problème de la fiabilité sera identique pour tous. Il ne faut pas paniquer. Il est certain que j'étais plus habitué à démarrer le Championnat du Monde avec dix points plutôt que zéro. Mais ce n'est pas un problème. La saison est encore longue. Très longue...»

© Les Sports 2005

Sur le même sujet