La FIA refuse les propositions de Michelin

La Fédération internationale de l'automobile (FIA) a rejeté en bloc dimanche les propositions de Michelin devant permettre aux écuries équipées par le manufacturier français de courir le Grand Prix des Etats-Unis de Formule 1 sans pénalité, selon la FIA. Le manufacturier français, qui équipe sept des dix écuries du plateau, leur a déconseillé d'utiliser les pneus fournis pour des raisons de sécurité.Toute la F1 sur lalibre.be

La FIA refuse les propositions de Michelin
©AP
AFP

La Fédération internationale de l'automobile (FIA) a rejeté en bloc dimanche les propositions de Michelin devant permettre aux écuries équipées par le manufacturier français de courir le Grand Prix des Etats-Unis de Formule 1 sans pénalité, selon la FIA.

«Certaines équipes nous ont demandé s'il était possible de rouler en course avec des pneus qui n'auraient pas fait les qualifications. Nous leur avons dit que cela constituerait une infraction au règlement. Nous pensons que la pénalité ne serait pas l'exclusion, mais qu'elle serait suffisamment lourde pour décourager les écuries d'utiliser des pneus de qualification à l'avenir», a répondu le directeur de course et délégué à la sécurité de la FIA, Charlie Whiting, à une lettre adressée samedi par Michelin.

Le manufacturier français, qui équipe sept des dix écuries du plateau -Toyota, Renault, McLaren-Mercedes, Williams-Honda, BAR-Honda, Sauber-Petronas, Red Bull-Cosworth-, leur a déconseillé d'utiliser les pneus fournis pour des raisons de sécurité après l'accident de Ralf Schumacher (Toyota) aux essais libres vendredi.

Michelin a fait venir en urgence de France de nouveaux trains de pneus arrivés dimanche matin à Indianapolis, alors que les qualifications ont eu lieu samedi.

Une autre possibilité serait de changer de pneus à plusieurs reprises durant la course, ce qui n'est autorisé par le règlement qu'en cas de danger avéré. Mais cette évaluation n'est effectuée qu'a posteriori par les commissaires.

«Si les délégués techniques et les commissaires estiment que chaque changement a été effectué parce que le pneu allait effectivement lâcher et que les équipes concernées n'ont gagné aucun avantage, il n'y aura pas de pénalité», assure Whiting.

Dans le cas contraire, les commissaires «prendraient en compte toutes les circonstances pour évaluer la pénalité à infliger», poursuit-il.

A la suite de cette lettre, Michelin a réitéré sa «demande consistant à diminuer de manière significative la vitesse dans les virages 12/13 (relevé)», affirmant que ses écuries «ne courraient pas sur le circuit dans sa configuration actuelle».

Mais Whiting s'en est tenu à sa première réponse: il est «hors de question» de placer une chicane dans le virage relevé, comme le suggère Michelin.

«Modifier le tracé pour aider certaines équipes éprouvant des problèmes de performance en raison de leur incapacité à emmener un équipement convenable serait une infraction au règlement et grossièrement injuste pour les écuries qui sont venues à Indianapolis avec les bons pneus», souligne Whiting.

Enfin, la FIA affirme qu'elle rappellera aux écuries Michelin le conseil de leur manufacturier de «rouler moins vite» dans le virage relevé et demandera aux pilotes concernés de «faire en sorte de ne pas obstruer la course des autres concurrents», à savoir les pilotes Ferrari, Jordan-Toyota et Minardi-Cosworth, chaussés de Bridgestone.

«Nous sommes très surpris que ces difficultés se soient présentées, a commenté Whiting. Comme vous le savez, chaque écurie a le droit d'amener deux types de gommes différents sur un Grand Prix pour s'assurer d'une solution de rechange (généralement moins performante) en cas de problème. Il est difficile de comprendre pourquoi vous n'avez pas fourni à vos équipes de tels pneus, compte-tenu de vos années d'expérience à Indianapolis.»

«Vos équipes ont la possibilité de simplement rouler moins vite dans les virages 12/13, de courir avec des pneus changés après les qualifications (ce qui provoquerait une pénalité), ou de changer plusieurs fois de pneu (en cas de danger avéré)», a résumé Whiting, avant de conclure laconiquement: «C'est aux équipes de décider. Nous n'avons rien à ajouter».

La décision des écuries Michelin n'était pas encore connue à 09h30 (16h30 heure belge), le départ de la course devant être donné à 13h00 (20h00), peut-être pour six voitures seulement...

Sur le même sujet