Schumacher revient à toute allure

Cent mille personnes toutes de rouge, de jaune et de noir vêtues se sont levées comme un seul homme pour saluer l’ultime ronde de Michael Schumacher sur ce Hockenheimring entièrement acquis à sa cause. Sautillant comme un gamin à qui l’on vient d’offrir la lune, le pilote Ferrari ne fut pas loin de la décrocher.

Ph. J.

Cent mille personnes toutes de rouge, de jaune et de noir vêtues se sont levées comme un seul homme pour saluer l’ultime ronde de Michael Schumacher sur ce Hockenheimring entièrement acquis à sa cause. Sautillant comme un gamin à qui l’on vient d’offrir la lune, le pilote Ferrari ne fut pas loin de la décrocher.

Une 89e victoire en Grand Prix, la 78e pour le compte de Ferrari, la 100e pour Bridgestone : les chiffres atteignent des proportions astronomiques ! “Vous alignez les chiffres, mais le seul qui compte aujourd’hui à mes yeux, c’est le 11, le nombre de points qui me séparent encore de Fernando Alonso, lance le septuple Champion du Monde, visiblement bien en appétit ! Je ne m’attendais vraiment pas à ce que notre avantage soit si important ce dimanche, mais je ne me plains pas. C’est bon à prendre et, surtout, c’est le fruit d’un travail collectif de tous les instants. Plus spécialement ici à Hockenheim, nous avons fait un excellent travail au niveau des pneumatiques. L’aide de Felipe dans ce domaine, tout au long du week-end, a vraiment été précieuse et nous a permis d’effectuer le choix idéal. C’est cela aussi qui nous a permis de revenir en tête du peloton depuis trois courses maintenant..”

En tête ? Non, loin devant ! Car hier, les deux Ferrari semblaient évoluer sur une autre planète ! Si l’on excepte le leurre d’une Flèche d’Argent trop légèrement vêtue pour faire illusion plus de… dix tours, personne n’a vraiment réussi à offrir la réplique à la Scuderia Ferrari hier dont la domination frisa par moments l’insolence.

“Felipe a été raisonnable…”

La seule petite frayeur pour Schumacher, fut sa sortie des stands après le premier ravitaillement : “J’avais été freiné dans mon tour de rentrée par Sato et par mon frère Ralf, explique-t-il. Lorsque je suis ressorti en pneus neufs, Felipe n’était pas loin du tout. Il s’est porté à ma hauteur, mais a préféré rester raisonnable et n’a pas pris de risque. Pour le reste, notre avance aux deux tiers de la course nous a permis de lever le pied sur la fin. La piste devenait très glissante due au dépôt de gommes et à la poussière en dehors de la trajectoire…”

Pas de quoi inspirer un scénario haletant. Mais il n’empêche que Schumi savoure son bonheur. “En un Grand Prix et devant mon public, j’ai repris six points d’un coup à Alonso.

J’espère que nous pourrons continuer à profiter de notre avantage dans les semaines à venir de manière à réduire très vite l’écart de manière encore plus significative. Notre voiture a très bien f onctionné ici. Ce pourrait ne pas être le cas plus tard et puis tout le monde sait que Renault ne va pas rester les bras croisés à ne rien faire. Ils reviendront, c’est certain ! Et je crois sincèrement que nous allons vivre une fin de championnat passionnante…”

Dans ce contexte, il est clair que certains doivent avoir des soucis à se faire… “Il est certain, conclut Schumacher, que l’interdiction des essais durant la trêve estivale, peut être notre meilleure alliée dans ce domaine pour prolonger encore un peu notre domination actuelle. J’espère qu’elle nous permettra de rétablir l’équilibre avant les derniers Grands Prix, afin de nous permettre de les aborder sur un pied d’égalité…”

Comment lui donner tort ? D’autant que la semaine prochaine, à Budapest la meilleure voiture du moment devrait s’imposer facilement sur un circuit où il est quasiment impossible de dépasser…