Button en reste sans voix !

Lors de ses 112 premiers départs en F1, Jenson Button s'était déjà imaginé s'imposer à plusieurs reprises. Souvent en tête, mais jamais au moment de franchir le drapeau à damiers, l'Anglais de 26 ans commençait à faire figure de has-been, plus apte à remplir les pages des tabloïds britanniques qu'à réellement concurrencer les Alonso et Raikkonen, pourtant de sa génération. Tous les résultats et classements

Stéphane Lémeret
Button en reste sans voix !
©AP

Lors de ses 112 premiers départs en F1, Jenson Button s'était déjà imaginé s'imposer à plusieurs reprises. Souvent en tête, mais jamais au moment de franchir le drapeau à damiers, l'Anglais de 26 ans commençait à faire figure de has-been, plus apte à remplir les pages des tabloïds britanniques qu'à réellement concurrencer les Alonso et Raikkonen, pourtant de sa génération. Hier matin, en s'élançant depuis la quatorzième position de la grille de départ suite à un changement de moteur l'ayant obligé à rétrograder de 10 places, jamais le pilote Honda n'aurait imaginé l'emporter. Surtout sur un circuit où il est quasiment impossible de doubler !

Le 113e Grand Prix de sa carrière fut pourtant le bon, en grande partie grâce aux circonstances absolument exceptionnelles ayant prévalu lors de ce week-end fou, fou, fou ! Rappelons que les deux leaders du championnat du monde, Michael Schumacher et Fernando Alonso, furent pénalisés de deux secondes au tour lors des qualifications pour conduite dangereuse durant les essais libres. S'élançant dès lors respectivement depuis la 11e et la 15e place, ils profitèrent de la pluie - qui n'avait jamais perturbé le Grand Prix de Hongrie en 20 ans d'existence ! - pour rejoindre la tête de la course dès les premiers tours.

Mais alors que tous les regards étaient tournés vers l'incroyable remontée des deux prétendants au titre, personne, ou presque, ne fit attention à la tout aussi incroyable maestria de Button. Quatorzième au départ, il subtilisait la quatrième place à Michael Schumacher dès le cinquième tour de course ! Il gagnait encore une place suite à l'accident de Kimi Raikkonen avec l'attardé Liuzzi, puis encore une grâce à une meilleure stratégie que Pedro De la Rosa. Restait à s'occuper du cas Alonso, en tête à mi-course.

Pourtant parti en 7e ligne !

Loin de se démonter après avoir pointé à 9 secondes du champion du monde en titre après l'effacement de la safety-car (consécutive à l'incident Raikkonen-Liuzzi), Button refaisait petit à petit son retard et effectuait la jonction avec Alonso à 27 tours de l'arrivée. Bloqué derrière la Renault, il choisissait alors de rentrer aux stands pour un appoint en carburant et repartait sur un rythme d'enfer, en signant à nouveau les meilleurs tours en course. Finalement, le duel avec Fernando Alonso n'eut pas lieu suite au problème technique rencontré par ce dernier mais sa première victoire en F1, Jenson Button ne la doit qu'à lui-même : il fut flamboyant et irréprochable du début à la fin de cette course.

"Quelle journée ! Incroyable", s'exclamait Jenson Button à sa descente de voiture avec une voix éraillée. "J'ai tellement crié que ma voix est bizarre. Gagner en partant de la quatorzième position sur la grille, c'est génial. J'aurais voulu que ces dix derniers tours ne se terminent jamais. C'est génial de gagner enfin après 113 courses. Vous ne pensez pas à la victoire quand vous partez quatorzième, mais seulement à faire du mieux possible. À dix tours de la fin, avec quarante secondes d'avance, j'ai commencé à y croire. Mais un gros nuage noir menaçait..."

Heureusement, cette fois, la chance était de son côté. Il était temps car parmi les vainqueurs de Grand Prix, seuls Jarno Trulli (117 départs) et Rubens Barrichello (124) ont dû attendre plus longtemps que lui pour s'imposer ! Notez aussi que cette victoire est la première d'une monoplace Honda en F1 depuis... 1967 !