Le cirque de la F 1 retourne à Spa dès 2007

Compte tenu de tous les rebondissements dans un dossier Francorchamps hautement politisé, il faut éviter de crier victoire trop tôt. Mais la publication, hier par la FIA, d'un calendrier 2007 comprenant 17 dates - les GP de Saint-Marin et d'Europe sont supprimés - et sur lequel figure le GP de Belgique à la date du 16 septembre confirme qu'on est proche d'un dénouement heureux pour Francorchamps et les amateurs belges de Formule Un.

Compte tenu de tous les rebondissements dans un dossier Francorchamps hautement politisé, il faut éviter de crier victoire trop tôt. Mais la publication, hier par la FIA, d'un calendrier 2007 comprenant 17 dates - les GP de Saint-Marin et d'Europe sont supprimés - et sur lequel figure le GP de Belgique à la date du 16 septembre confirme qu'on est proche d'un dénouement heureux pour Francorchamps et les amateurs belges de Formule Un.

«J'espère que les F 1 seront effectivement de retour à Spa l'an prochain», a confié hier Libert Froidmont, successeur d'Yves Bacquelaine à la tête de la société de promotion du circuit et administrateur-délégué de la future société organisatrice du GP en 2007. «Mais il reste des papiers à signer. Tant que l'on n'est pas d'accord sur tout, on n'est d'accord sur rien.» La signature du nouveau contrat liant la Région wallonne à la FOA, avec certains amendements concernant la garantie financière (le droit de plateau ne serait plus assuré par le gouvernement mais par des garanties bancaires) et la possibilité de céder, au-delà de 2007, l'organisation et les risques à Bernie Ecclestone, ne serait plus qu'une question de jours. «Une décision gouvernementale n'est jamais une formalité», estime Libert Froidmont.

«J'ai vu et entendu tant de choses depuis que je suis dans ce dossier que je préfère ne plus émettre de pronostics quant aux chances et échéances. Même si nous avons anticipé sur une réponse positive de manière à être très vite opérationnels.»

Déjà organisateur du GP en 2001 et en 2002, proche d'Ecclestone, l'ancien secrétaire de l'Intercommunale André Maes amené à mettre le prochain Grand Prix sur pied est plus optimiste. «Rationnellement, l'absence actuelle de signature est juste un problème d'agendas. Les contrats circulent entre les avocats. M. Ecclestone attend aussi que les contrats commerciaux soient réglés. Mais c'est imminent», considère le futur directeur de la New Co en cours de constitution. «Tout est dans le tuyau. On a déjà trouvé le nouveau nom de la société d'organisation. On attend le feu vert pour tout lancer: la billetterie, la création du site, etc. J'espère que ce sera fait pour la semaine prochaine, dans quinze jours au plus tard.» Du côté du circuit, les travaux exigés par les dirigeants de la F 1 ont été planifiés et budgétisés. Ils coûteront près de 20 millions d'euros, sans la nouvelle tribune couverte en face des stands qui ne sera sans doute pas terminée pour l'an prochain. Le chantier débutera mi-novembre pour se terminer théoriquement le 15 mai 2007.

«Bernie Ecclestone nous a donné la dernière date européenne, mi-septembre, afin que nous puissions être fins prêts», conclut le successeur de Didier Defourny. «Il va falloir reconquérir la confiance du public à la suite de l'absence de course en 2006, mais je suis confiant. L'absence de GP d'Europe pourrait nous donner un petit coup de pouce.»D Olivier de Wilde

© Les Sports 2006

Sur le même sujet