Hamilton sur une autre planète

Incroyable mais pourtant tellement réel. Quinze jours après avoir mis la pression sur Fernando Alonso et tout le team McLaren-Mercedes à Monaco, Lewis Hamilton, ce débutant de 22 ans à peine, a remporté à Montréal son tout premier Grand Prix. En pole avec une monoplace un peu plus légère que celle de son équipier, il a donné la leçon à tous ses adversaires et en particulier à son équipier Fernando Alonso. Tous les résultats et classements de cette saison 2007

Hamilton sur une autre planète
©AP
Olivier de Wilde

Incroyable mais pourtant tellement réel. Quinze jours après avoir mis la pression sur Fernando Alonso et tout le team McLaren-Mercedes à Monaco, Lewis Hamilton, ce débutant de 22 ans à peine, a remporté à Montréal son tout premier Grand Prix. En pole avec une monoplace un peu plus légère que celle de son équipier, il a donné la leçon à tous ses adversaires et en particulier à son équipier Fernando Alonso.

Tout cela dès son 6e GP en F1. Ron Dennis a vraiment découvert là la perle rare, un pilote de l'étoffe des héros, dans la lignée des Fangio, Clark, Prost, Senna ou Michael Schumacher dont on croyait tous les records à jamais imbattables. On se demandait en début d'année qui endosserait le rôle de successeur du septuple champion du monde allemand ?

Alonso, Raikkonen ou Massa ? Aujourd'hui, il semble de plus en plus évident qu'on a trouvé la réponse : c'est Lewis Hamilton. Surdoué, le Tiger Woods de la F1 a tout pour réussir : un parrain en or, une écurie en argent, un talent de surdoué, une tête bien pleine et bien sur les épaules, du charisme, de l'humour et un coeur gros comme cela. Il a démontré aussi dimanche qu'il avait la chance des grands champions en étant quasi le seul à être épargné par les déboires au cours d'un GP pour le moins chaotique.

"Honnêtement, ce fut pour moi une course relativement simple", déclara-t-il, posément, après la course la plus chahutée de ce début de saison, une des plus folles de l'histoire.

Dimanche, il a d'abord résisté à la pression d'un premier départ en pole. "C'est mieux que le sexe", avait-il plaisanté la veille lorsqu'on lui demandait ce qu'il ressentait après avoir signé le meilleur temps. Et dimanche, Lewis a continué à jouir... "Je suis sur une autre planète. Déjà, être en F1", chez McLaren-Mercedes. "Puis faire six podiums en six courses, avec également ma première pole... Au départ, je pensais qu'en partant à mes côtés, Fernando allait faire le boulot... Mais ce ne fut pas le cas ! Je ne sais pas ce qui lui est arrivé. Après avoir passé la ligne d'arrivée, j'ai beaucoup crié. En fait, j'essayais de me contrôler car j'avais carrément envie de sauter hors de la voiture."

Et Lewis de dédier cette première victoire à son père, omniprésent, "sans qui rien de tout cela n'aurait été possible".

Devenu avant-hier le plus jeune vainqueur de GP de l'histoire, Hamilton, qui possède désormais 8 points d'avance sur Fernando Alonso et 15 sur Felipe Massa, peut viser un autre record : devenir le plus jeune champion du monde. Dès cette année...

"Je vous mentirais si je prétendais que maintenant je n'y pense pas. Mais il faut être réaliste : je suis un débutant. Je sais que je vais traverser de mauvais moments. Mais pour l'instant, ça se passe bien et j'espère que ça durera le plus longtemps possible."