Hamilton: "Il n'y a rien eu de répréhensible"

Le Britannique Lewis Hamilton (McLaren-Mercedes), vainqueur du Grand Prix de Belgique de Formule 1, estimait avant même d'être pénalisé et de reculer à la troisième place qu'il n'avait rien commis de répréhensible, dimanche à Spa-Francorchamps.

AFP

Lewis, racontez-nous les derniers tours et votre passe d'arme avec Kimi Raikkonen ?
"C'était le duel le plus excitant que j'ai vu depuis longtemps, mon coeur battait plus vite que jamais. J'étais à la limite partout, parfois même un peu au-delà... Pour être honnête je ne crois pas que j'aurais réussi à dépasser Kimi sans la pluie. Notre rythme était identique, j'espérais qu'il perdrait du temps avec les retardataires mais en fait on était ralenti tous les deux de la même manière. Le dernier tour c'était très glissant, je n'avais pas de température dans mes pneus et j'avais beau freiner bien avant la limite, c'était quand même très juste. A un moment je n'ai plus vu Felipe dans mon rétroviseur et l'écart est passé de cinq à dix secondes. C'est donc qu'il allait encore moins vite que moi et donc j'ai pu assurer."

Et que s'est-il passé véritablement lorsque vous avez coupé la chicane ?
"Quand il a commencé à pleuvoir j'ai essayé de doubler Kimi, il a freiné tôt à l'intérieur et j'ai donc essayé de le dépasser par l'extérieur. Il y avait assez de place pour nous deux mais il m'a tassé. Donc si je restais où j'étais on se serait accroché et j'ai préféré couper la chicane. J'ai ensuite levé le pied, il est repassé mais j'ai quand même réussi à le doubler de nouveau. Là il m'a même un peu touché mais il n'y a rien eu de répréhensible, c'est la course."

Avez-vous songé, comme l'ont fait certains, à monter des pneus pluie pour les derniers tours ?
"Non, je n'ai jamais pensé changer de pneus, je n'ai d'ailleurs jamais pensé que certains en changeraient. Dans ma position cela aurait été dangereux. Les conditions ont rendu les choses spectaculaires mais je ne pense pas avoir pris trop de risques."