F1 : place maintenant à la fusion des deux sociétés

Certains auraient aimé que la fusion de l'Intercommunale de Spa Francorchamps (ISF), la société patrimoniale et de la Société de promotion du circuit de Spa-Francorchamps (SPCSF, devenue Spa Grand Prix) interviennent avant l'édition 2008 du GP de F1, mais à l'impossible nul n'est tenu. Les choses devraient cependant aller vite maintenant que le rideau est tombé sur la compétition phare du plus beau circuit du monde.

Ph. Law.

Certains auraient aimé que la fusion de l'Intercommunale de Spa Francorchamps (ISF), la société patrimoniale et de la Société de promotion du circuit de Spa-Francorchamps (SPCSF, devenue Spa Grand Prix) interviennent avant l'édition 2008 du GP de F1, mais à l'impossible nul n'est tenu. Les choses devraient cependant aller vite maintenant que le rideau est tombé sur la compétition phare du plus beau circuit du monde. "On a répondu aux critiques du Conseil d'Etat et la rédaction technique finale des statuts de la future société unique est en cours. Tout cela se passe dans les cabinets ministériels" , nous a confié samedi Etienne Davignon, président de Spa Grand Prix.

Selon nos informations, les démarches pour la nomination d'un nouveau directeur général de la future structure sont entrées dans leur dernière ligne droite. Cinq noms avaient été retenus sur une "short list" et les candidats avaient été interviewés par un bureau de recrutement bruxellois.

Sur cette liste figureraient notamment Maurice Semer, le directeur général du centre de compétences Technifutur; Pierre-Alain Thibaut (bien connu du milieu de la course automobile) et Pierre Coenegrachts, directeur général adjoint de l'Office de promotion du tourisme Wallonie-Bruxelles. Après les interviews, ce serait plutôt le premier, Maurice Semer le mieux classé des cinq candidats. Proche du ministre wallon Michel Daerden (PS), il est aussi actuellement un des trois membres du trio du directoire du groupe de redéploiement économique du pays de Liège (GRE Liège). L'homme, très discret est décrit comme un bon gestionnaire, mais sa nomination pourrait, d'après des observateurs, comme un fait politique en raison de sa proximité avec le vice-président socialiste du gouvernement wallon. D'où, nous dit une source proche du dossier, les hésitations actuelles à finaliser.

Il semble néanmoins que le sujet sera à l'ordre du jour de la prochaine réunion du conseil d'administration de Spa Grand Prix et que ses administrateurs seront amenés à prendre position.

En attendant, les responsables de Spa Grand Prix sont satisfaits de l'édition 2008 du GP de F1, malgré la baisse des entrées. "Nous avons optimalisé notre fonctionnement, réduit nos coûts et accru notre crédibilité auprès de nos interlocuteurs tant la FIA que les sponsors" , nous a confié Libert Froidmont, administrateur de Spa Grand Prix.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...