Lewis Hamilton aurait dû être pénalisé tout de suite

Fallait-il ou non punir Lewis Hamilton pour sa manoeuvre de dépassement sur Kimi Raikkonen et ainsi le priver de la neuvième victoire de sa carrière? Toute l'info sur la Formule 1

Olivier de Wilde
Lewis Hamilton aurait dû être pénalisé tout de suite
©EPA

Fallait-il ou non punir Lewis Hamilton pour sa manoeuvre de dépassement sur Kimi Raikkonen et ainsi le priver de la neuvième victoire de sa carrière ?

La question alimentait encore pas mal de discussions, hier, au café du commerce comme dans les coulisses de la F1. Et la réponse restait discutable. Autant la faute du Britannique ne fut pas de court-circuiter la chicane pour éviter un accroc mais bien de doubler Kimi Raikkonen au freinage suivant, autant celle des commissaires sportifs fut de ne pas le sanctionner immédiatement.

Pourquoi n'ont-ils pas agi avant la fin de la course ou du moins la cérémonie du podium ? Car il y avait matière à discussion et à interprétation. La faute n'était pas aussi flagrante que celle de Heikki Kovalainen qui lui écopa aussi d'un "Drive Through" pour avoir sabordé la Red Bull de Webber à une chicane portant décidément malheur aux pilotes McLaren.

Si les officiels ont hésité, c'est d'abord sans doute parce que l'infraction touchait le leader du Championnat du Monde et le vainqueur de la course. Mais aussi parce que le règlement n'est pas assez précis.

"Un pilote coupant une chicane ou sortant des lignes blanches délimitant la piste ne peut en tirer un avantage. Et s'il en profite pour doubler un adversaire, il doit immédiatement le laisser repasser." Ce qu'Hamilton a fait... avant de réattaquer Raikkonen deux cents mètres plus loin.

La question que l'on doit se poser (ce qu'ont sans doute fait les commissaires après avoir revu les images et analysé toutes les données en leur possession) est la suivante : Lewis aurait-il été capable de bénéficier de l'aspiration de la Ferrari et de l'attaquer au freinage de la Source si, comme à Valencia, des murs délimitaient la chicane et donc s'il n'avait pas coupé à travers le dégagement asphalté ?

Et la réponse est clairement négative. OK, si vous suivez une monoplace dans la chicane, vous pouvez peut-être ressortir dans sa boîte de vitesses, aussi vite qu'elle et profiter de l'aspiration.

Mais dans la situation d'attaque où l'Anglais se trouvait et compte tenu de la manière dont ses assauts furent repoussés - sportivement - par le Finlandais, il aurait été obligé de freiner outrageusement pour éviter l'accrochage et donc de perdre quelques mètres s'il avait dû rester dans les limites de la piste.

Les chances pour McLaren de récupérer leur victoire en appel devant le tribunal sportif sont donc bien minces. Mais la FIA devrait profiter de l'opportunité pour clarifier ce point du règlement en ajoutant qu'un pilote bénéficiant d'une "coupe" doit laisser repasser son rival et ne peut le réattaquer avant ou lors du virage ou freinage suivant.

Une chose est certaine : si Kimi Raikkonen réclamant furieusement l'application du règlement après coup était aussi convaincu que cela de l'infraction commise par son rival, on comprend difficilement pourquoi il est parti deux fois à la faute dans le tour suivant en essayant de récupérer son leadership ?

D'autant que son ingénieur, persuadé qu'il y aurait sanction, lui avait conseillé par radio de se calmer. C'est bien qu'aux yeux "d'Iceman" aussi il existait, a priori, des doutes...