La consigne chez Ferrari : gagner

Le ciel était aussi plombé et le temps aussi pourri hier matin à Monza que l'ambiance chez McLaren après l'annonce de la pénalité infligée à Lewis Hamilton dimanche dernier. Les quelques spectateurs belges n'en revenaient pas en voyant, peu avant 11h, un véritable déluge inonder l'Autodromo.

O. d.W.
La consigne chez Ferrari : gagner
©EPA

olivier de wilde envoyé spécial en italie Le ciel était aussi plombé et le temps aussi pourri hier matin à Monza que l'ambiance chez McLaren après l'annonce de la pénalité infligée à Lewis Hamilton dimanche dernier. Les quelques spectateurs belges n'en revenaient pas en voyant, peu avant 11h, un véritable déluge inonder l'Autodromo. Terrain devenu impraticable, les pilotes rentrés à l'abri s'amusaient en voyant leurs mécaniciens jouer de la raclette pour repousser la marée haute s'attaquant à leur stand. Même dans la cuvette de Francorchamps, on a rarement assisté à ce genre de scène. Il faisait tellement sombre à 11 h 30 qu'on crut un instant que Bernie Ecclestone avait programmé une répétition pour le premier GP de nuit à Singapour !

Heureusement, le soleil refit son apparition durant l'après-midi. Avec le retour des bons temps et de Kimi Räikkönen soufflant de justesse la pole libre à des BMW-Sauber confirmant leur excellente pointe de vitesse à Monza.

Parmi les ténors, même si certains s'en défendent, l'heure de la revanche a sonné. "J'aborde ce GP comme si j'avais gagné le dernier", lance le leader du Mondial Lewis Hamilton, feignant de ne pas "être du tout déstabilisé par l'épisode de Spa". Puis, ajoutant : "Mais battre les Ferrari ici comme lors de notre doublé de 2007 constituerait un réel plaisir."

La pluie annoncée à nouveau pour le GP de demain pourrait être l'alliée du Britannique. Car, comme on l'a encore vu à Silverstone où Felipe Massa nous offrit un festival de pirouettes et Kimi Räikkönen but la tasse, les Ferrari ne sont pas à l'aise sur le mouillé.

Blessé dans son orgueil dimanche à Francorchamps, Kimi Räikkönen a également soif de revanche. Et n'a certainement pas apprécié le tacle d'Hamilton déclarant qu'il était revenu facilement sur "Iceman" sous les gouttes spadoises car il avait simplement plus de "couilles" (sic). On rêve de les voir comparer leur virilité demain tous les deux en première ligne...

Massa fait ses prières

Le Finlandais n'est en tout cas pas prêt à baisser les bras ni à aider son équipier Felipe Massa à lui ravir sa couronne. En cas de doublé des Rouges demain, Ferrari n'intimera certainement aucune consigne. Le Brésilien ne souhaite de toute façon pas vraiment devoir bénéficier du soutien de Kimi. "Je veux le devancer à la régulière", explique un Massa espérant balayer de mauvaises statistiques ici (aucun point marqué en F1) en s'imposant sans l'aide de personne. Ni de Räikkönen, ni de la FIA. "Mais pour cela, je prie pour qu'il ne pleuve pas."

A la lecture des prévisions météorologiques, ce n'est pas gagné d'avance pour Ferrari...