Victoire de Vettel, plus jeune vainqueur en GP

L'Allemand Sebastian Vettel (Toro Rosso) a remporté la toute première victoire de sa jeune carrière au Grand Prix d'Italie, quatorzième des 18 épreuves du Championnat du monde 2008 de Formule 1, sur le circuit de Monza. Revivez le liveTout sur le Grand prix

AFP
Victoire de Vettel, plus jeune vainqueur en GP
©EPA

L'Allemand Sebastian Vettel (Toro Rosso) a remporté la toute première victoire de sa jeune carrière au Grand Prix d'Italie, quatorzième des 18 épreuves du Championnat du monde 2008 de Formule 1, dimanche sur le circuit de Monza.

A l'issue d'une course disputée sous une fine pluie avec une piste allant en s'asséchant, Vettel, 21 ans, a devancé le Finlandais Heikki Kovalainen (McLaren-Mercedes) et le Polonais Robert Kubica (BMW Sauber). Parti de la 11e place, ce dernier a opéré une belle remontée grâce à une judicieuse stratégie qui lui a permis de chausser les bons pneumatiques au bon moment. Fernando Alonso (Renault) a pris la quatrième place devant Nick Heidfeld (BMW Sauber), Felipe Massa (Ferrari) et Lewis Hamilton (McLaren-Mercedes), auteur lui aussi d'une belle remontée.

Mark Webber (Red Bull) a pris le dernier point de la huitième place devant le champion du monde Kimi Raikkonen (Ferrari). Le grand malchanceux a été Sébastien Bourdais (Toro Rosso), qui a calé sur la grille de départ et na pas pu profiter de la meilleure place de la grille de sa carrière. Au lieu de partir quatrième le Français s'est élancé des stands avec un tour de retard sur tout le peloton. Il a terminé 18e, une bien cruelle déception.

Avec la pluie qui n'avait pratiquement pas cessé de tomber depuis le matin la piste était détrempée et le départ était donné derrière la voiture de sécurité. Bourdais perdait malheureusement tout le bénéfice de son excellente qualification: il calait et il fallait à son équipe plus d'un tour pour redémarrer son moteur. Le Français voyait ses rêves de points s'envoler et partait donc 20e et dernier, un tour derrière tout le monde. La voiture de sécurité s'écartait après deux boucles et tout le monde se montrait prudent au premier freinage. Les hommes de tête conservaient leurs positions.

Vettel, grâce à une bonne visibilité en tête du peloton, s'échappait et derrière Hamilton démarrait bientôt un festival qui le revoyait remonter lentement mais sûrement tout le peloton. Après s'être débarrassé de Giancarlo Fisichella (Force India) il déposait Kimi Raikkonen, qui allait longtemps conserver sa position alors que le Britannique dépassait tour à tour Heidfeld, Glock, Kubica, Alonso et Trulli.

D'autres adversaires s'étant déjà arrêtés pour ravitailler, Hamilton avait gagné 13 positions et pointait à la deuxième place lorsqu'il s'arrêtait aux stands à son tour. Le leader du championnat volait littéralement au-dessus de la piste mais sa belle stratégie à un seul arrêt était mise à mal quand la piste s'asséchait: bientôt tous les pilotes rentraient aux stands pour monter des pneus intermédiaires et le Britannique était contraint de s'arrêter à nouveau lui aussi. Sa belle remontée s'arrêtait à la septième place, juste derrière son principal rival au championnat, Massa.

La bonne affaire était ici pour Kubica, qui avait retardé au maximum son seul arrêt et chaussait directement les pneus adéquats. Parti 11e, le Polonais remontait ainsi à la troisième place.