Francorchamps à la trappe après 2012 ?

La rigueur budgétaire qui impose de faire des économies va-t-elle sonner le glas des courses de F1 sur le circuit de Spa-Francorchamps ? Le sujet fait débat au sein de la nouvelle majorité wallonne (PS-CDH-Ecolo) et, selon nos informations, c'est l'une des options évoquées pour clore un fameux poste de coûts qui pèsent sur le budget régional.

Ph. Law.
Francorchamps à la trappe après 2012 ?
©BELGA

La rigueur budgétaire qui impose de faire des économies va-t-elle sonner le glas des courses de F1 sur le circuit de Spa-Francorchamps ? Le sujet fait débat au sein de la nouvelle majorité wallonne (PS-CDH-Ecolo) et, selon nos informations, c'est l'une des options évoquées pour clore un fameux poste de coûts qui pèsent sur le budget régional. Il serait question, conformément aux souhaits du partenaire Ecolo, du moins c'est que veulent certains de ses responsables, nous dit-on, de renoncer à l'organisation de la compétition phare du sport automobile en Belgique après 2012, soit après la fin du contrat actuel signé avec Bernie Ecclestone, le grand manitou de la F1. "C'est assez évident que de telles idées soient évoquées, mais j'attends d'avoir les discussions prévues avec les autorités wallonnes pour être fixé. Le problème de la Région, c'est son budget pour les trois prochaines années. Si on me parle des conditions d'amélioration du GP de F1, je suis d'accord, mais prendre une mesure de suppression ne me paraît pas être une bonne méthodologie" , nous a confié Etienne Davignon, président de Spa Grand Prix, la société organisatrice du GP à Francorchamps. Sur les bancs du parti Ecolo, on se refuse de parler ouvertement d'une suppression de l'événement. Mais, précise Bernard Wesphael, chef de groupe des Verts au Parlement régional, "le budget régional va être catastrophique et il ne doit plus être question de faire supporter les déficits de la F1 par les contribuables wallons. Il faut une mise à plat des comptes et trouver une solution" . Il devrait être question de charger le ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt (PS), d'appliquer la mesure de suppression de la F1 dans les Ardennes belges. "Rien n'est arrêté pour l'instant et il n'y a pas d'agenda. La chose à faire aujourd'hui est la mise en œuvre du décret wallon sur la fusion de l'intercommunale immobilière (ISF) et la société de promotion (SPCSF). En accord avec mon collègue Benoît Lutgen (NdlR : ministre wallon des Travaux publics, CDH), j'ai demandé qu'on lance les opérations techniques préalables à la fusion effective des deux structures. Il sera question des opérations d'évaluation par les réviseurs d'entreprises. Ce serait raisonnable que la fusion puisse intervenir au 1er janvier 2010 pour pouvoir démarrer avec un exercice comptable plus clair" , répond Jean-Claude Marcourt, également vice-président wallon.

Benoît Lutgen reconnaît que l'abandon du GP est une des pistes évoquées parmi d'autres (renégociation du contrat annuel, édition bisannuelle, suppression pure et simple après 2012). Mais il précise : "Il faut réactualiser les études sur les retombées du GP pour l'économie locale, notamment pour le secteur Horeca et le tourisme, celles sur la viabilité du circuit, en général. Il faut aussi réexaminer ce que le circuit et l'activité F1 apporte à l'image de la région" , renchérit Benoît Lutgen.

L'édition 2007 du GP de F1 à Spa-Francorchamps a attiré 66 000 spectateurs payants en 2007 et s'est soldé par un déficit de deux millions d'euros. L'an dernier, environ 53 000 tickets ont été vendus et la perte s'élève à quelque quatre millions d'euros. Pour 2009, le premier bilan fait état d'environ 51 000 tickets vendus. Quant au déficit, pas encore de chiffres définitifs, mais les premières estimations laissent entrevoir un trou de 4,5 à 5 millions d'euros que la Région doit encore boucher. Comme pour les éditions précédentes...

© La Libre Belgique 2009