Alonso serein pour le futur

Anciens équipiers, Giancarlo Fisichella et Fernando Alonso se sont soudainement retrouvés au centre de toutes les attentions, hier dans le paddock ensoleillé de Monza.

Olivier de Wilde
Alonso serein pour le futur
©AP

Envoyé spécial en Italie

Anciens équipiers, Giancarlo Fisichella et Fernando Alonso se sont soudainement retrouvés au centre de toutes les attentions, hier dans le paddock ensoleillé de Monza.

Tout le monde était là évidemment pour connaître le degré d’implication de l’Espagnol dans le scandale de Singapour. "Singapour, c’est une chouette ville, un GP de nuit, donc c’est spécial", tenta-t-il de s’en sortir par une pirouette. Avant de s’excuser : "Sorry, mais je ne peux et ne veux faire aucun commentaire sur cette histoire avant le Conseil Mondial du 21 septembre."

Mais cela pourrait-il affecter la suite de sa carrière ? "Non," lâche-t-il avec le sourire. Même si Renault devait quitter la F1 ? "Oui, je ne suis pas inquiet pour mon avenir."

De bonne source espagnole, Alonso aurait été entendu par les enquêteurs à Francorchamps et aurait déjà été blanchi. "Il n’était au courant de rien. Il avait juste accepté une stratégie agressive à trois arrêts. Mais quand on lui a dit de rentrer dès le 12e tour, il a refusé. Il voulait continuer deux ou trois de plus. Une copie des enregistrements radio a également révélé que Pat Symonds lui a répondu : "Rentre je te dis, cela va aller" confie un collègue espagnol proche de "Nano". Et deux tours plus tard, Nelson Piquet lui offrait la première place en se crashant dans le mur.

Si Fernando n’est pas tracassé, c’est sans doute parce qu’il sait déjà très bien ce qu’il fera l’an prochain. L’annonce en grandes pompes ce jeudi d’un partenariat de cinq ans entre Ferrari et la banque espagnole Santander n’a fait qu’attiser les rumeurs de son passage en rouge (il serait annoncé début novembre à Valencia) même si Luca di Montezemolo, en grand diplomate, s’est dit "très heureux avec ses deux pilotes actuels". Sans répondre à la question : "A quand Alonso chez Ferrari ?"

Le son côté, Raikkonen, vainqueur à Francorchamps et pilote ayant marqué le plus de points sur les six derniers GP, continue à clamer qu’il n’est pas inquiet non plus, puisqu’il possède un contrat pour 2010. "Et je veux courir."

Si Massa est remis à 100 % pour début 2010, la "Scuderia" risque d’avoir un souci. Sauf si son vœu de pouvoir aligner trois monoplaces est exaucé