Bahreïn: le Grand Prix annulé

Le GP de F1 du Barhein, premier Grand Prix de la saison de Formule 1 le 13 mars, est annulé en raison des troubles politiques.

AFP
Bahreïn: le Grand Prix annulé
©AP

Le premier Grand Prix de la saison de Formule 1 n'aura pas lieu le 13 mars prochain. Le Grand Prix du Bahrein a en effet été annulé lundi en raison des troubles politiques. Plus tôt dans la journée, les écuries de Formule 1 avaient déjà décidé d'annuler les essais privés prévus du 3 au 6 mars au Bahreïn en raison des troubles dans le pays. Les organisateurs ont été contraints ensuite d'annuler le Grand Prix en raison des manifestations antigouvernementales secouant le pays.

"The Bahrain International Circuit (BIC) annonce que le Royaume du Bahrein renonce à organiser le GP de Formule 1 cette année pour permettre au pays de se concentrer sur son processus de dialogue national", précise le communiqué des organisateurs. La décision de repousser le Grand Prix à une date ultérieure ou de procéder à son annulation pure et simple n'a pas encore été prise.

Les écuries de Formule 1 ont décidé d'annuler les essais privés prévus du 3 au 6 mars à Bahreïn en raison des troubles dans le pays, a rapporté lundi la chaîne britannique Sky News.


Rassemblement de milliers de partisans du gouvernement Des milliers de Bahreïnis, qui soutiennent le gouvernement dominé par la famille royale sunnite, se sont rassemblés lundi soir à Manama, où d'autres manifestants en majorité chiites occupent la place de la Perle, selon un journaliste de l'AFP sur place. Hommes et femmes se sont rassemblés autour de la mosquée sunnite Al-Fateh au moment de la dernière prière de la journée. "Vive Abou Salam", chantait la foule en référence au roi, Hamad Ben Issa Al-Khalifa. Tout comme les manifestants de la place de la Perle, qui exigent la démission du gouvernement, ceux de la mosquée Al-Fateh agitaient des drapeaux rouge et blanc de Bahreïn. Ils brandissaient aussi des portraits du roi et du prince héritier Salman Ben Hamad Al-Khalifa, tandis que leurs voitures étaient ornées de portraits du Premier ministre, oncle du roi, en poste depuis 1971.


Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...