La saison de F1 débutera en Australie

Bernie Ecclestone, grand patron de la FOM (Formula One Management), avait annoncé qu’une décision serait prise aujourd’hui ou demain. Mais vu l’état d’urgence, le prince héritier Salman bin Hamad Al Khalifa a pris les devants en annonçant, lundi, l’annulation du premier Grand Prix de F1 de la saison qui devait se dérouler à Bahreïn le 13 mars prochain.

Olivier de Wilde
La saison de F1 débutera en Australie
©EPA

Bernie Ecclestone, grand patron de la FOM (Formula One Management), avait annoncé qu’une décision serait prise aujourd’hui ou demain. Mais vu l’état d’urgence, le prince héritier Salman bin Hamad Al Khalifa a pris les devants en annonçant, lundi, l’annulation du premier Grand Prix de F1 de la saison qui devait se dérouler à Bahreïn le 13 mars prochain.

Un soulagement pour la majorité du paddock réunie lundi pour la dernière journée de tests à Barcelone. Quelques heures auparavant, les teams avaient d’ailleurs décidé d’eux-mêmes de ne pas embarquer leur matériel pour les derniers essais hivernaux qui devaient se dérouler là-bas du 3 au 6 mars. "Dans l’intérêt de notre nation, nous devons nous concentrer sur les problèmes immédiats et il est logique de reporter le GP," a déclaré le monarque dans un communiqué officiel. "Après les événements de la semaine passée, notre priorité est de surmonter cette tragédie et retrouver notre unité."

Rappelons que vendredi dernier, les forces de police ont tiré sur la foule qui protestait contre le gouvernement. Le dernier bilan fait état alors de sept morts et de dizaine de blessés.

Il n’aurait clairement pas été très décent ni sécurisant d’organiser une manifestation sportive dans un climat de tension pouvant très vite déraper et tourner à la guerre civile. "Compte tenu des circonstances, la Fédération Internationale de l’Automobile soutient la décision de reporter la première course," a fait savoir l’autorité sportive de la FIA ne coupant pas les ponts avec Bahreïn.

La F1 ne tenait de toute manière pas à être prise en otage ni à offrir une quelconque tribune au pouvoir politique ou à la population s’opposant au régime.

"Nous souhaitons à toute la nation de panser ses plaies rapidement," a déclaré Bernie Ecclestone qui n’avait plus dû faire face à l’annulation d’un GP depuis le report du GP de Belgique 1985 suite à la dégradation de l’asphalte. "L’hospitalité et la chaleur du peuple de Bahreïn font la caractéristique de ce GP. Nous espérons pouvoir y revenir bientôt."

Si la situation politique s’arrange, la rumeur évoquait déjà un report au 6 novembre, entre le Grand Prix d’Inde et celui du Brésil.

En attendant, la première saison à vingt GP n’en compte provisoirement plus que dix-neuf, le premier étant programmé le 27 mars à Melbourne après des ultimes essais privés de remplacement du 8 au 11 mars à Barcelone de nouveau.

Le retour d’une tradition pour les Australiens habitués à donner le premier départ.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...