Georges-Louis Bouchez: "Certains pensent que pour être moderne, il faut être anti-bagnoles. C'est une bêtise sans nom !"

Grand fan de Lewis Hamilton, le président du MR est devenu pilote lui-même en participant à Mettet à sa première course de VW Fun Cup. Son rêve : piloter un jour en Porsche Supercup en lever de rideau d'un GP. Avec lui, la Belgique s'est découvert un grand défenseur de la voiture et de la compétition automobile.

Georges-Louis Bouchez: "Certains pensent que pour être moderne, il faut être anti-bagnoles. C'est une bêtise sans nom !"
©Belga

Note de la rédaction (13/04/2021 9h55) : après avoir pris connaissance de cet article sur son site, la rédaction en chef de LaLibre.be a décidé de retirer certains passages, l'approche journalistique n'étant pas dans la ligne éditoriale La Libre, pour ne garder que les considérations sur la mobilité et les choix de société. Suite aux vives réactions reçues depuis, et aux soupçons de censure ou de pressions politiques, pourtant inexistantes, nous avons décidé d'en proposer à nouveau la version initiale.

Une dizaine de jours après avoir disputé sa première course automobile, Georges Louis Bouchez a découvert le Club des V, un lieu de culte bruxellois consacré au sport automobile. En toute décontraction, vêtu d'un t-shirt Mercedes Lewis Hamilton laissant apparaître un bras droit totalement tatoué, le jeune politicien y a accordé une interview au maître des lieux, Jean-Pol Piron. Vous pouvez voir l'entretien d'une petite demie heure en intégralité sur la page Facebook du Club des V. En voici quelques extraits :

Le full électrique, une ineptie : "Une partie de la classe politique a une grande méconnaissance de l'auto. Le full électrique est par exemple une ineptie sur le plan environnemental. L'euro 6 diesel est moins polluant. Sans compter qu'il serait impossible d'alimenter tout le monde si on roulait tous à l'électrique."

Pas envie d'un monde sans voiture : "Il va sans dire qu'entre Ecolo et le MR je n'ai jamais eu de doutes où rentrer. Pour certains, la modernité, c'est être anti-bagnoles. C'est une bêtise sans nom. Dans les circonstances actuelles, il faut oser dire que la voiture est plus sûre que le train. C'est un vecteur important de déplacement et d'autonomie. Aujourd'hui, on essaie de pénaliser l'automobiliste pour qu'il ait envie d'abandonner sa voiture : on augmente son stress, on le stigmatise, on va dans son portefeuille. Personnellement, je suis pour une mobilité multiple. Je suis favorable aux voitures partagées, surtout quand il y aura des voitures autonomes. Car on a besoin en général de son auto qu'une ou deux heures maximum par jour. Le problème c'est la différence entre les vrais gens et ce que j'appelle le petit monde. Certains décideurs oublient que des millions de personnes aiment la voiture et ne savent pas s'en passer. Je n'ai pas peur de dire que j'aime l'auto et je n'ai pas envie d'un monde sans voiture. Je suis aussi favorable aux compétitions qui participent à l'évolution, à concevoir des voitures consommant et polluant moins, avec plus de sécurité."

Pas de vision pour Bruxelles: "Cela fait quinze ans qu'on a un gouvernement sans vision pour Bruxelles. Cela se traduit dans tous les domaines. Il n'est pas normal qu'on confie la mobilité à des ministres issus de partis marginaux."

Rêve le plus fou ? "Je ne serais pas très crédible à mon âge si je vous répondais devenir pilote de F1. A mon niveau, le truc le plus dingue auquel je pourrais éventuellement prétendre avant la fin de ma vie serait de disputer l'une ou l'autre course de Porsche Supercup en lever de rideau d'un GP à Monza ou Francorchamps que je vais prochainement découvrir en Fun Cup en participant aux 8H puis aux 25H."

Lewis Hamilton, la star : "C'est la vraie vedette du paddock, il a énormément de charisme. C'est une star qui fait du bien à la F1. J'ai eu l'occasion de le rencontrer à plusieurs reprises et il est pro jusque dans sa relation avec ses fans. Sur la piste, il a du panache, il n'a peur de rien."

La mort de Senna origine de la passion : "J'avais 8 ans quand j'ai vu Ayrton Senna mourir en direct à la télévision. Pour certains, cela a été la fin de leur passion pour la F1. Pour moi, c'est le contraire, cela a été un élément déclencheur et depuis cette passion n'a fait que se renforcer. J'ai successivement été fan de Jacques Villeneuve, Fernando Alonso puis Lewis Hamilton, tous des attaquants. Je n'ai par contre jamais été un grand fan de Michael Schumacher. Fernando aurait mérité bien plus que deux titres. C'est passé très près d'un troisième à plusieurs reprises. A 39 ans, il a encore l'envie. Je suis moins sûr que ce soit le cas pour Vettel. Pour moi, le tournant de la carrière du quadruple champion remonte au GP d'Allemagne 2018 à Hockenheim. Le pilote Ferrari était en lutte pour le titre face à Lewis, en tête de la course, quand il est sorti tout seul de manière un peu ridicule dans le Stadium face à son public. Depuis, il n'a plus gagné qu'une seule course. Quelque chose s'est cassé ce jour-là."

Une soirée avec Hamilton ou Miss Monde ? "Je demanderais à Lewis d'amener une copine. Je ne devrais pas être déçu..."

1er ministre ou président du RACB ? "Je pense que si je devenais premier ministre, il me serait plus facile de prétendre au poste à la fédération automobile belge."