Hamilton beau joueur malgré sa défaite: "Vite en 2022 pour la revanche"

Légitimement déçu, le Britannique a pris soin de congratuler personnellement Verstappen.

En 2008, il arrachait son premier titre de champion du monde dans le tout dernier tour à Interlagos. Treize ans plus tard, il a vu un 8e titre historique lui filer entre les doigts alors qu’il l’avait en poche quelques tours plus tôt. Comme en 2016 où il avait perdu une 4e couronne face à Nico Rosberg, le circuit de Yas Marina n’a pas souri à Lewis Hamilton qui est néanmoins vaincu avec les honneurs.

Tandis que son écurie Mercedes préparait son plaidoyer pour porter réclamation contre le résultat de la course, le Britannique, légitimement déçu, a boudé le victory lane sur la grille de départ et la conférence de presse d'après-course mais a néanmoins pris soin d'aller féliciter le nouveau champion du monde Max Verstappen. Il s'agira assurément d'une des images fortes de l'année. "Avant toute chose, je tire mon chapeau à Max et son écurie pour leur titre de champion du monde", commente le vice-champion 2021.

L'autre pilote aux sept couronnes aurait pu et aurait dû être sacré dimanche soir vu qu'il a dominé son sujet du 1er au 57e tour. Mais pas le dernier où Madame la Chance a choisi de le lâcher au plus mauvais moment. Cela n'enlève rien au fait que Hamilton a fait une très belle saison. Bien aidé par Mercedes qui a su lui procurer une W12 démoniaque aux moments opportuns, Hamilton n'a rien à regretter. Mais il ne peut y avoir qu'un seul champion du monde. "Nous avons tout donné, cette dernière partie de saison, nous n'avons jamais lâché", ajoute-t-il. "Je me suis senti bien dans la voiture, surtout en fin d'année. Si je suis honnête, on est encore en pandémie et je veux souhaiter un joyeux Noël à tous. Soyez prudents. Rendez-vous en 2022 pour la revanche."

C’est comme ça qu’on aime voir Lewis. En gentleman.

Boutsen : "Bien que Max soit champion dans une F1 manipulée par les Anglais"

Notre dernier vainqueur en Formule 1, Thierry Boutsen, était particulièrement heureux de voir Max Verstappen franchir la ligne d'arrivée en vainqueur et décrocher son premier titre de champion du monde. "C'est une belle histoire et ça ne peut faire que du bien à la F1", commente Thierry qui ne connaît personnellement ni Verstappen ni Hamilton bien que basé à Monaco comme eux. "Voir Max champion est un très bon dénouement dans un championnat qui donne l'impression d'être manipulé par les Anglais y travaillant pour les Anglais y courant, Lewis en l'occurrence. À plusieurs reprises, il a pu faire des choses en piste qu'on n'a pas laissé faire à Max. C'était déjà la même chose quand il se battait avec Nico Rosberg pour le titre. J'estime qu'il a réalisé une belle course où il est allé chercher son titre à la régulière. C'est bon pour la F1 d'avoir des saisons comme celle -là".

Van de Poele : "La roue a tourné pour Max"

Ayant couru en F1 en 1991 et 1992 pour Lambo, Brabham et Fondmetal, Éric Van de Poele a également suivi avec attention le GP d'Abu Dhabi. "Quel scénario inouï !", s'exclame le recordman de victoires aux 24H de Spa. "La victoire et le titre de Verstappen nous ont rappelé que ce n'est pas que le pilote qui gagne. C'est un 'tout' où il faut une écurie qui réalise les bons coups stratégiques aux bons moments et un coéquipier qui vient en aide au bon moment. C'est ce que Red Bull et Sergio Pérez sont parvenus à faire pour Max. Mention spéciale à Checo pour sa lutte musclée mais très sportive vis-à-vis de Hamilton. Cette saison, la roue de la chance a tourné pour Lewis. Elle a aussi tourné pour Max mais moins. Elle a tourné une dernière fois en sa faveur et au bon moment. Les événements d'après-course sont évidemment regrettables. Quand les pénalités se mêlent au déroulement d'une course, c'est une catastrophe pour le sport".

Hamilton beau joueur malgré sa défaite: "Vite en 2022 pour la revanche"
©AFP