WRC Suède ES11: Rovanpera consolide son avance, Neuville décroche

Une erreur de pilote et une avarie technique couteuses en temps pour le Belge.

Olivier de Wilde

La onzième spéciale du Rallye de Suède a peut-être sonné le glas des espoirs de victoire de Thierry Neuville. Dans le premier passage dans Umea, le Saint-Vithois a commis une erreur avant d'être trahi par sa Hyundai. Résultat, plus de onze secondes perdues. Sachant que les écarts sont très fins, ça pèsera lourd lors du décompte final.

"J'ai tiré tout droit au première freinage et j'ai perdu pas mal de temps", commente Neuville. "Par après, j'ai connu une avarie sur le sytème hybride de ma Hyundai et cela m'a fait perdre encore du temps".

Ford M-Sport a montré sa frimousse dans l'ES11 grâce à Craig Breen. L'Irlandais a signé le scratch, devançant Kalle Rovanpera (Toyota) pour deux dixièmes de seconde. Elfyn Evans (Toyota) et Ott Tänak (Hyundai) suivent à une seconde tandis que Takamoto Katsuta complète le Top 5 de la spéciale à 1.4.

Rovanpera emmène désormais un triplé Toyota au classement cumulé. Le Finlandais a 4,8 secondes d'avance sur Evans et 12 secondes sur Lappi. Après ses soucis, Neuville descend au quatrième rang, à 15 secondes de la tête. Oliver Solberg (Hyundai) complète le Top 5 à 51 secondes.

ES10: Rovanpera insiste, Neuville rétrograde au 3e rang

Ayant repris la tête du rallye dans la spéciale précédente, Kalle Rovanpera (Toyota) ne s'est pas fait prier pour enfoncer le clou lors du premier passage dans Langen. Le Finlandais a signé le scratch dans l'ES8, devançant Ott Tänak (Hyundai) pour un minuscule dixième. Elfyn Evans (Toyota) signe le troisième temps à 2.6.

Grâce à sa performance, le Gallois chipe la deuxième place au classement cumulé au détriment de Thierry Neuville. Le Saint-Vithois est quatrième de la spéciale, à 3.4 de Rovanpera. Suivent Esapekka Lappi (Toyota), Takamoto Katsuta et Craig Breen (Ford). Adrien Fourmaux est huitième de la spéciale.

Rovanpera accroit son avance au classement cumulé avec quatre secondes d'avance sur Evans. Neuville est 3e à un dixième du vice-champion du monde. Esapekka Lappi est 4e à huit secondes tandis qu'Oliver Solberg ferme le Top 5 à 44.3.

ES8: Neuville perd la tête au profit de Rovanpera

C'est ce matin à 8h57 que le Rallye de Suède a repris avec la huitième spéciale. Le réveil était synonyme de perte du leadership acquis la veille pour Thierry Neuville. Le Saint-Vithois était victime d'un manque de grip et ne pouvait que signer le sixième chrono, à six secondes du scratch.

"Je n'ai pas trouvé le grip pour être honnête", commente Neuville. "J'ai pas mal patiné au départ et perdu deux secondes. C'est une étape difficile et tout peut arriver. Mais on va essayer de trouver le rythme"

Les Toyota étaient en revanche bien matinales puisque les quatre Yaris monopolisaient les quatre premières places de la spéciale ! Impressionnant. Elfyn Evans s'en est le mieux tiré, devançant pour quatre dixièmes Esapekka Lappi et pour 1.7 Kalle Rovanpera qui en profite pour prendre la tête de l'épreuve avec sept dixièmes d'avance sur Neuville. Takamoto Katsuta est 4ème devant Ott Tänak (Hyundai).

Au classement cumulé, derrière Rovanpera et Neuville, Evans est troisième à 1.4, précédant Lappi pour 3.2. Oliver Solberg (Hyundai) complète le Top 5 à 32 secondes. Le meilleur représentant des Fordistes est Adrian Fourmaux, 7ème à 1:47.5.

ES7: Neuville prend la tête pour quatre secondes devant Rovanpera !

La gestion des pneus à clous avant une dernière courte spéciale show complètement verglacée aura été la clé du succès cet après-midi. Et c'est Thierry Neuville qui s'en est le mieux sorti. Auteur du meilleur temps dans la spéciale précédente, il a gardé suffisamment de clous sur les pneus de sa Hyundai pour signer le 2e chrono lors du Uméa Sprint à huit dixièmes de la Toyota Yaris de Kalle Rovanpera mais surtout 8.3 devant Elfyn Evans.

"Oui j'ai bien géré mes gommes. La voiture fonctionne parfaitement et je me sens à l'aise," a déclaré le nouveau leader du rallye. Une surprise pour une Hyundai qu'on disait à la traîne par rapport à ses rivales. Mais sur ce terrain, l'expérience et le talent du pilote font la différence.

Au terme de la première journée, le Belge, virtuel leader du Championnat du Monde, devance les trois Toyota de Kalle Rovanpera (2à à 4.3), d'Elfyn Evans (3e à 7.4) et d'Esapekka Lappi (4e à 8.8). A l'agonie avec ses gommes lors des deux derniers tronçons, Oliver Solberg a chuté au 5e rang à 28.1 de son équipier. La victoire devrait donc logiquement se jouer ce week-end entre la i20 N de notre compatriote et les trois Japonaises.

ES6: Meilleur temps pour Thierry Neuville qui remonte 2e à 6 dixièmes d'Elfyn Evans !

Alors qu'il reste une spéciale show à disputer, Thierry Neuville a frappé fort en signant, à la lueur des phares, son premier scratch sur cette épreuve. Un temps canon puisqu'il a relégué Kalle Rovanpera à 3.4 et Esapekka Lappi à 5.6.

"La voiture fonctionne bien, le feeling est bon," a confié notre compatriote effectuant du coup un bond au classement général puisqu'il passe de la 5e à la 2e place à six dixièmes seulement d'Elfyn Evans refroidi par une grosse frayeur.

Troisième à 1.5, Esapekka Lappi reste au contact des deux leaders sur sa Toyota, tandis que Kalle Rovanpera remonte à la 4e place à six secondes du leader.

Désillusions par contre pour les deux autres pilotes Hyundai. Pour Oliver Solberg qui a perdu pas mal de temps et chuté au 5e rang à 14 secondes: "Je n'ai plus de clous sur mes pneus, c'est tout simple," regrettait le Suédois auteur de sa meilleure journée en WRC. C'est pire pour Ott Tanak à nouveau contraint à l'abandon alors qu'il occupait la 2e place à 1.1. En cause: un dysfonctionnement du système hybride. "La lumière rouge s'est allumée sur la voiture on ignore encore pour quelle raison," a indiqué le team. "Le règlement de la FIA est catégorique: on doit dans ce cas retirer la voiture de la course pour des raisons évidentes de sécurité."

On comprend mieux désormais les propos de l'Estonien à l'arrivée de la spéciale précédente où il avait signé le meilleur temps. Vraiment navrant pour Ott qui repartira, tout comme Craig Breen, en Super Rallye2 demain.

ES5: Ott Tanak signe le scratch mais n'est pas content: "Ce système hybride n'est définitivement pas fait pour le rallye!"

Pour la première fois depuis le début de l'épreuve, un pilote a signé le meilleur temps pour la deuxième fois: Il s'agit du premier leader Ott Tanak. Mais l'Estonien, revenu du coup au 2ème rang, à seulement 1.1 du leader Elfyn Evans (Toyota) ne rigolait pas: "J'ai parcouru les dix derniers kilomètres sans le système hybride. Cette caisse que l'on trimbale derrière nous avec des batteries n'est définitivement pas faite pour le rallye."

Thierry Neuville a signé le quatrième chrono mais a aussi vu son temps forfaitaire de la 2ème spéciale corrigé. Du coup, il gagne une place au classement général (5ème deux secondes devant Kalle Rovanpera) mais surtout se rapproche à 6.9 du leader gallois et neuf dixièmes de son équipier Oliver Solberg avouant avoir été trop prudent.

Auteur du deuxième chrono, Esapekka Lappi remonte quant à lui au 3e rang à 2.2 de la Yaris de son équipier Evans. Les positions entre les six premiers restent très serrées et tout peut changer d'une spéciale à l'autre.

Nouvelles misères pour Gus Greensmith qui a rencontré des soucis de boîte et perdu quelques secondes dans un mur de neige. Les deux Puma encore en course pointent déjà à plus d'une minute. Les rallyes se suivent mais ne se ressemblent pas pour M-Sport qui devra vite rappeler Sébastien Loeb...

ES4: Elfyn Evans prend les commandes, Thierry Neuville chute au 6e rang

Quatrième spéciale, quatrième pilote différent à signer un meilleur temps et quatrième leader avec désormais Elfyn Evans (Toyota) en tête 1.6 devant la Hyundai d'Oliver Solberg.

Comme prévu, ouvrir la route lors de la seconde boucle est un véritable cauchemar. "Il n'y a aucune ligne, c'est vraiment la m..." reconnaissait Kalle Rovanpera, premier à s'élancer. "J'ai fait une spéciale quasi parfaite, mais on sait qu'ici il n'est jamais facile de passer après les Historic créant d'autres ornières. Cela va aller beaucoup plus vite derrière nous," prévoyait justement Thierry Neuville, sixième sur la spéciale et au classement général désormais.

Le Belge n'avait pas tort et Elfyn Evans signait le meilleur temps en lui collant 9 secondes! Le pilote Toyota prenait ainsi la tête de l'épreuve. "C'est un véritable chantier. Cela a dû être un désastre pour les pilotes devant," avouait le Gallois.

Du coup, cela se ressert en tête avec les cinq premiers désormais groupés en un peu plus de cinq secondes avec Esapekka Lappi 3e à 4.5, Rovanpera dégringolant au 4e rang à 5.2 et Ott Tanak à 5.2. Thierry Neuville est un peu décroché à dix secondes. Mais attention, dans ces conditions, la gestion des clous va aussi s'avérer déterminante car la terre et les pierres ressortent par endroits et ces conditions fort dégradées sont loin d'être optimales pour les pneus hivernaux qui dégustent. On pourrait donc avoir encore des surprises lors des trois dernières spéciales de la journée.

ES3: Kalle Rovanpera signe le meilleur temps et prend la tête, Neuville remonte 4e

Partir devant constituait sans doute un avantage sur cette spéciale de Savar longue d'un peu plus de 17 km. Premier sur la route, Kalle Rovanpera signe son premier scratch. Le pilote Toyota prend ainsi la tête du Rallye de Suède et creuse l'écart puisque son plus proche poursuivant, Oliver Solberg, est désormais deuxième à 10.4.

"Cette spéciale était bien propre, bonne pour nous," avouait Rovanpera Jr. "Ce sera plus compliqué d'ouvrir cet après-midi car les concurrents de l'Historic vont ramener des blocs de neige sur la trajectoire."

Deuxième sur la route, Thierry Neuville signe le deuxième chrono à 7 dixièmes. Cela lui permet de remonter de la 6e à la 4e place à 12.2, une seconde derrière Elfyn Evans. "J'ai eu beaucoup de chance avec le drapeau rouge dans la spéciale précédente car j'avais un problème électrique," avouait le pilote Hyundai. "J'aurais perdu plus que les 12 secondes de mon temps forfaitaire. Heureusement, j'ai pu fixer le problème sur le routier."

Arrivé sans pare-chocs avant, Ott tank a perdu 11 secondes et chuté au 5e rang, 1.6 derrière son équipier belge: "Je n'avais plus d'aéro et la voiture était très délicate dans les portions rapides," expliquait l'Estonien

Mauvaise spéciale aussi pour l'ex-leader Esapekka Lappi qui a perdu quinze secondes et chuté de la 1ère à la 6ème place: "J'ai d'abord calé sur la ligne de départ et l'auto ne voulait pas redémarrer de suite," regrettait le jeune Finlandais. "Ensuite, j'ai mal roulé. Je voulais rester trop loin des murs de neige mais cela ne fonctionne pas comme cela."

Trois secondes et six dixièmes seulement séparent Oliver Solberg, deuxième, d'Esapekka Lappi au 6e rang. L'après-midi promet d'être disputée...

ES2: Drapeau rouge pour Craig Breen, Esapekka Lappi nouveau leader

La 2ème spéciale a été neutralisée au drapeau rouge après la 2eme sortie de Craig Breen décidément pas dans un grand jour. Déjà sorti dans un mur de neige quelques kilomètres auparavant (il s'en était sorti en perdant 25 secondes), l'Irlandais a planté cette fois sa Puma au-dessus d'un mur de neige après 20 km. Pas de blessé ni de voiture bloquant la route. On ne comprend donc pas bien pourquoi la direction de course a décidé de neutraliser la spéciale. Sans doute pour permettre à la dépanneuse d'aller dégager la Puma, les officiels jugeant que l'intervention de spectateurs à cet endroit très rapide serait trop dangereuse.

La spéciale a repris après un quart d'heure d'interruption avec le départ d'Elfyn Evans. Thierry Neuville qui connaissait visiblement un souci avec son système hybride, Gus Greensmith et Takamoto Katsuta écoperont donc d'un temps forfaitaire. Cela devrait mettre le Belge au 5e rang.

Par la suite, Esapekka Lappi a signé le meilleur temps 2.5 devant son compatriote et équipier Kalle Rovanpera et 3.8 devant Oliver Solberg meilleur des pilotes Hyundai. Les Toyota sont avantagées par leur vitesse de pointe dans les longues portions à fond, tandis que les Hyundai semblent avoir perdu du temps dans la dernière partie plus technique.

Au classement général, Esapekka Lappi mène donc une seconde devant Kalle Rovanpera (Toyota). Oliver Solberg est 3e à 2.9. Suivent Ott Tanak à 3.8 et Elfyn Evans à 7.7. Thierry Neuville devrait s'intercaler entre ces deux derniers.

Il est désormais clair qu'une Ford Puma ne remportera pas le Rallye de Suède, Adrien Fourmaux, hyper prudent, étant même devancé par les meilleures WRC2.

ES1: Ott Tanak premier leader 4 dixièmes devant Rovanpera, Thierry Neuville 4e à 1.8

Longue de 14,9 km et disputée par moins huit degrés, la première spéciale du Rallye de Suède a rendu son verdict. Et c'est la Hyundai i20N Rally1 d'Ott Tanak qui a signé le premier scratch de l'épreuve, quatre dixièmes devant la Toyota Yaris de Kalle Rovanpera au final plutôt avantagé de s'élancer en premier sur une route se dégradant assez vite vu la fine couche de neige.

"Je suis choqué comme la route est déjà défoncée," s'est exclamé l'Estonien vainqueur l'an dernier à l'Arctic Rally. "Il y a très peu de grip avec de la neige pas compacte."

Premier sur la route n'est donc pas un gros handicap pour la Toyota de Rovanpera, deuxième à 4 dixièmes après avoir tapé un mur de neige et perdu quelques morceaux dès les premiers mètres.

Le troisième chrono est à mettre à l'actif du jeune Oliver Solberg, à une seconde à peine du meilleur temps: "Je suis content car j'ai eu quelques soucis de sélection de vitesse. J'ai essayé de compenser par mon attaque," s'illuminait le mi-Suédois.

Confirmation du retour en forme de Hyundai avec le 4e chrono de Thierry Neuville, à 1.8 de son équipier Tanak. "Il y a déjà des pierres qui ressortent de la route. Je ne suis pas confiant dans les entrées de virages, l'adhérence est vraiment faible," se plaignait un peu le Belge plaçant la troisième Hyundai dans le Top 4, un dixième devant la Yaris du revenant Esapekka Lappi. "Wouaw, ce n'était pas facile mais on a géré," souriait le remplaçant de Sébastien Ogier.

Arrivé avec l'aile arrière gauche arrachée, Elfyn Evans est crédité du 6e temps à 3.7.

En mode championnat, Craig Green a concédé 7.4 sur la première des Puma. En l'absence de Seb Loeb, il sera visiblement difficile pour Ford de répéter son succès de Monte-Carlo car Gus Greensmith a déjà concédé plus de 20 secondes suite à un tout-droit, tandis qu'Adrien Fourmaux, archi-prudent, pointe à 23.1 avec la seule idée de terminer ce rallye après son gros crash de Monte-Carlo.