Le GP d’Arabie Saoudite maintenu malgré une attaque par missile

Les terroristes ne visent ni les civils ni le GP, ont assuré les autorités saoudiennes.

Olivier Dewilde
Le GP d’Arabie Saoudite maintenu malgré une attaque par missile
©AFP

Après concertation entre les pilotes, les dirigeants des teams, de la F1 et le président de la FIA, il a été décidé que le Grand Prix d’Arabie saoudite, deuxième manche du championnat du monde de F1, serait maintenu malgré une attaque terroriste visant la société pétrolière Aramco à une dizaine de kilomètres du circuit.

"Les attaques ont ciblé des sites industriels et non des civils ni le Grand Prix" a insisté Stefano Domenicali, le patron de Libery Media, la société dirigeant la F1. "Les autorités saoudiennes nous ont assurés que nous étions en sécurité. Nous leur faisons confiance. Les équipes et les pilotes ont été informés, ils vont maintenant en discuter."

Les autorités saoudiennes qui n’ont pas réussi à intercepter un missile envoyé par drone du Yémen. Alors comment peuvent-elles assurer avec certitude la sécurité du paddock ?

Les pilotes allaient se réunir et communiquer plus tard via leur association, le GPDA dont le président est George Russell, un pilote Mercedes à qui profiterait sans doute une annulation. Et qu’en pense le septuple champion du monde Lewis Hamilton qui aime prendre position et faire entendre sa voix dans ce type de situation ? Nul doute que les discussions risquent d’être tendues, comme le climat en Arabie Saoudite...

Et après cela, on hésite encore pour constituer un calendrier et on songe à éjecter des GP européens historiques ? C’est fou le pouvoir des pétrodollars...