MotoGP: derrière Bastianini, les Français calent au pied du podium

L'Italien Enea Bastianini, en démonstration sur le circuit du Mans, a chipé à son compatriote Francesco Bagnaia la victoire au Grand Prix de France moto dimanche, les Français Fabio Quartararo et Johann Zarco, échouant au pied du podium.

AFP
MotoGP: derrière Bastianini, les Français calent au pied du podium
©AFP

Quartararo (Yamaha), arrivé quatrième, conserve la tête du championnat du monde avec quatre petits points d'avance sur l'Espagnol Aleix Espargaro (Aprilia), 3e dimanche, et huit sur Bastianini, nouveau troisième au classement général.

Parti cinquième derrière Quartararo et Espargaro, Bastianini (Ducati-Gresini) a rapidement pris le dessus sur ses concurrents pour venir affronter les Ducati d'usine de l'Australien Jack Miller, qu'il doublera à la mi-course, et de Bagnaia, alors en tête de la course.

A la lutte pour la victoire face à son compatriote parti en pole, Bastianini a profité d'une erreur du pilote officiel Ducati, sous pression tant l'écart entre les deux pilotes était faible, pour prendre les rênes de la course et ainsi remporter sa troisième victoire de la saison en sept manches, après le Qatar et le GP des Amériques.

"Je suis vraiment heureux de cette course car cette victoire est inattendue, le week-end était compliqué (...), pendant la course j'ai vu que mon rythme était vraiment bon", a réagi le vainqueur.

Bagnaia, à qui la deuxième place semblait promise à quelques tours de l'arrivée, a commis une nouvelle erreur quelques instants plus tard, conduisant à la chute - puis à l'abandon de l'Italien.

Sous la chaleur et le soleil --la pluie attendue n'aura finalement pas joué les trouble-fêtes-- Bastianini a largement devancé à l'arrivée Jack Miller et Aleix Espargaro.

Parti 4e, Fabio Quartararo, champion du monde en titre, est tombé à la huitième place dès l'entame de la course avant de se retrouver à la lutte pour le podium avec son rival au classement général, sans jamais parvenir à prendre le dessus.

"C'était une course super difficile, la plus difficile de la saison jusqu'à présent (...), je savais que Fabio était derrière moi mais je savais qu'il était difficile pour lui de me dépasser (...) la course consistait à ne pas faire d'erreurs", a expliqué Espargaro à l'arrivée.

110.000 spectateurs

Porté par la clameur de plus de 110.000 spectateurs venus au rendez-vous, l'autre Français de l'épreuve, Johann Zarco (Ducati-Pramac) s'est classé 5e après avoir notamment dépassé le sextuple champion du monde espagnol Marc Marquez (Honda).

En dépit d'un sixième temps signé en qualifications samedi, le Cannois était parti neuvième sur la grille à cause d'une pénalité de trois places reçue pour comportement "irresponsable" (il a notamment été jugé responsable d'avoir gêné l'Espagnol Pol Espargaro, le frère d'Aleix, lors des qualifications).

Outre Bagnaia, d'autres pilotes ont été contraints à l'abandon : les deux pilotes de KTM-Tech3, l'Australien Remy Gardner et l'Espagnol Raul Fernandez, Jorge Martin (Ducati-Pramac) et Miguel Oliveira (KTM).

Les Espagnols de Suzuki, qui a confirmé cette semaine vouloir quitter le MotoGP à la fin de la saison, Alex Rins et Joan Mir ont également chuté.

En Moto2, l'Espagnol Augusto Fernandez (KTM Ajo) a notamment profité de l'abandon de son compatriote Pedro Acosta, parti en tête, pour signer sa première victoire de la saison, loin devant l'Italien Celestino Vietti (VR46), 8e mais qui reste en tête du championnat.

En Moto3, l'Espagnol Jaume Masia (KTM Ajo) a remporté sur le fil une course interrompue dès le premier tour par la pluie qui a commencé à tomber sur la piste. Le leader au championnat, l'autre Espagnol Sergio Garcia (Gasgas), 7e à l'issue de l'épreuve, conserve son rang au classement général, devant son nouveau dauphin Masia.