À Silverstone, Ferrari et Benz veulent briser l’hégémonie Red Bull

Les pilotes Ferrari et Mercedes veulent renouer avec le succès.

Olivier de Wilde
À Silverstone, Ferrari et Benz veulent briser l’hégémonie Red Bull
©AFP

Au même titre que le final tronqué d’Abu Dhabi ou l’accrochage de Monza entre les mêmes protagonistes, le clash entre Lewis Hamilton et Max Verstappen lors du premier tour du GP d’Angleterre et la Red Bull envoyée dans le mur de pneus à Copse restera une des images fortes de la saison 2021 de Formule 1.

Douze mois plus tard, le jeune champion du monde, qui avait encaissé un choc de 51G et perdu gros lors d’une course remportée par son rival, prétend ne garder aucune rancune au moment de revenir sur les lieux du "crime" pour lequel le Britannique avait été - légèrement - condamné.

Jeudi, après que son patron Christian Horner a enfin admis que l’ex-directeur de course Michael Masi avait commis une erreur à Yas Marina l’an dernier, Max a même publiquement condamné les propos racistes tenus par son "beau-père" Nelson Piquet à l’égard du septuple champion.

La hache de guerre a été d’autant plus facilement enterrée que le Néerlandais a finalement décroché le titre et qu’aujourd’hui il mène le championnat avec 46 points d’avance sur son équipier Sergio Pérez, 49 sur Charles Leclerc et… 98 sur Lewis Hamilton !

Verstappen Jr a remporté six des huit derniers GP et son écurie les six dernières courses. Mais attention, Red Bull, qui évolue à domicile (l’usine est basée à Milton Keynes à une quinzaine de Miles du circuit), ne s’est plus imposée ici depuis 2012 avec Mark Webber. Au contraire de Lewis Hamilton visant dimanche un neuvième succès sur ses terres, le quatrième d’affilée. Ce sera difficile certes avec une W13 pas au top depuis le début de saison, mais Mercedes a bien travaillé pour diminuer le "marsouinage" et les Mercedes revigorées retrouveront sur le billard de Silverstone les caractéristiques de Barcelone. L’optimisme est d’ailleurs plus que de rigueur du côté de George Russell. Neuf fois dans le top 5 depuis le début de saison, le jeune équipier de "LH" annonce qu’il espère faire retentir le "God Save the Queen" dimanche.

Les pilotes Benz ne seront pas les seuls à vouloir briser l’hégémonie Red Bull ce week-end. Privé de victoire depuis l’Australie il y a plus de deux mois, Charles Leclerc avait déjà bien failli l’emporter ici l’an dernier. Le pilote Ferrari profitera d’un moteur neuf depuis le Canada sur un tracé hyper rapide a priori plus favorable à sa F1-75. Quant à son équipier Carlos Sainz, à deux doigts de son premier triomphe en F1 il y a deux semaines, il sait ce que la Scuderia attend de lui durant un mois de juillet crucial pour relancer les courses aux titres avec quatre GP en cinq semaines.

Battre Red Bull et Max ce dimanche s’impose pour des "Rouges" et des "Gris" loin de baisser les bras.