Mercedes dans ses petits souliers en Autriche

Les qualifs de la sprint race ont été marquées par l’incroyable K.-O de Hamilton et Russell.

Mercedes dans ses petits souliers en Autriche
©AFP

Il y a des jours où on ferait mieux de rester au lit. C'est ce qui s'est produit pour Mercedes qui était la risée du paddock vendredi après-midi à l'issue des qualifications en vue de la course sprint du Grand Prix d'Autriche. Pourtant, l'écurie allemande n'a rien à se reprocher en soi. Elle abordait même cette qualification du vendredi avec un moral au beau fixe, les W13 ayant prouvé lors de la séance d'essais libres qu'elles avaient bel et bien progressé depuis le Canada. Hélas, les Gris devront s'atteler à une remontée s'ils veulent aller taquiner les Red Bull et les Ferrari à nouveau dans un no man's land dans les collines autrichiennes.

Alors qu'il restait cinq minutes de séance en Q3, premier coup de théâtre quand on aperçoit la Mercedes de Lewis Hamilton échouée au bout du bac à graviers du virage 7, la W13 frappée du numéro 44 étant salement amochée. "Je vais bien mais c'était un vilain choc, admet Hamilton. Je suis très en colère envers moi-même et très désolé envers l'équipe qui a travaillé si dur pour améliorer cette Mercedes. Nous pouvions jouer le top 3, c'est sûr. Je n'ai pas de mots. Nous avons de la performance et c'est même inattendu mais je partirai loin sur la grille. J'espère pouvoir rattraper le temps perdu."

Quelques instants plus tard, c'était au tour de George Russell, dernier espoir du team de Toto Wolff, de perdre le contrôle de sa machine au virage 10, l'aileron arrière et la suspension étant touchés sous la violence du choc. Heureusement, le Britannique avait signé auparavant le 5e temps mais gageons que la première ligne n'était pas mission impossible pour le meilleur pilote Benz classé au championnat. Avec une 5e et une 10e place sur la grille de départ pour samedi après-midi, Merco est bien loin de ses objectifs annoncés.

Le naufrage des Gris ferait quasi oublier que Max Verstappen a réalisé la pole position à l'issue d'un nouveau duel âpre face aux Ferrari. On savait que le Néerlandais était favori dans l'exercice du tour lancé mais avec une avance de seulement 29 millièmes, le Batave a créé un écart moins grand qu'imaginé au regard des essais libres. "C'était très serré en Q3 et je suis content de faire la pole", a déclaré Max au micro de Billy Monger. "L'attente a été longue en raison des drapeaux rouges et la piste avait perdu quelques degrés, rendant difficile la mise en température des pneus. Normalement, la qualification n'est pas notre point fort et je suis confiant pour la course, avec aussi des points à prendre dès demain dans le Sprint."

Devant un immense public néerlandais acquis à la cause du champion en titre, Charles Leclerc est en revanche confiant dans le fait qu'il peut empêcher son rival de faire un cavalier seul ce week-end. "Max était visiblement le plus rapide d'entre nous aujourd'hui mais j'espère que nous aurons une course excitante samedi", commente Charles. "Après la déception des derniers Grands Prix, j'espère connaître une course propre pour le sprint de demain et enfin inscrire de gros points, non seulement samedi mais surtout dimanche !"

Quant à Carlos Sainz, il sera en embuscade et compte bien prouver qu'il est bel et bien le numéro 1 ex-aequo chez Ferrari mais qu'il est en plus l'empêcheur de tourner en rond de Verstappen et Leclerc. "Je suis plus en confiance avec la voiture, a-t-il indiqué. P3 c'est OK, nous sommes en progrès depuis les dernières courses et je commence à être à l'aise grâce à mes résultats les plus récents. J'ai pu faire un bon tour à la fin de la Q3, mais un dixième on se dit toujours qu'on aurait pu le trouver ici ou là. On va travailler demain pendant les EL2 sur la préparation de la course. Il y a des opportunités de dépassement ici avec l'aspiration et le DRS, donc on devrait bien s'amuser."

Avec des lignes droites et de gros freinages, le sprint de Spielberg sera vraisemblablement palpitant samedi.