C’est tout un peuple qui a fêté son nouveau champion, Fernando Alonso, qui est doublement rentré dans l’histoire de la Formule 1. Plus jeune champion du monde (24 ans, 57 jours) de tous les temps, il est aussi le premier espagnol à s’imposer dans cette discipline.

Selon les informations du quotidien "El Pais", le roi en personne a appelé le jeune champion sur son portable et lui a dit : "C’est une journée extraordinaire pour le peuple espagnol". Et toujours selon le même journal, le premier ministre Jose Luis Rodriguez Zapatero aurait émis le souhait de rencontrer prochainement Alonso.

Du côté de la rue non plus on n’est pas avares de félicitations. Surtout à Oviedo, d’où est originaire le tout récent champion du monde. Hier soir, pas moins de 30.000 se sont rendues spontanément dans la rue pour fêter leur nouvelle idole locale.

Il fallait dés lors s’en douter, ce matin, les bras levés de Fernando Alonso faisaient la Une de tous les journaux espagnols, avec des titres allant tous dans le même sens : «Champion!» «Torero!» (AS et Marca), «Alonso, le roi le plus jeune de la F1» (El Pais), «Le champion le plus jeune» (ABC), «Fernando Alonso fait l’histoire» (La Razon), «Alonso atteint son rêve comme plus jeune champion de l’Histoire (El Mundo). De très nombreuses pages aussi consacrées au petit « Prince des Asturies ». Le quotidien sportif AS insistait notamment sur le fait que dans un pays avant tout dominé par le football, le vélo, ou le cyclisme, Alonso fait figure de pionnier dans ce sport nouveau pour l’Espagne, et qu’il a souffert de cette situation lors de son ascension.

Du côté des pilotes, on retiendra surtout la réaction du champion du monde sortant, Michaël Schumacher : «Tout d’abord, je veux féliciter Fernando et son équipe pour le titre. Ils ont fait un excellent travail et d’un point de vue personnel, je suis content de voir si heureuses certaines personnes avec qui j’ai travaillé chez Benetton. J’ai hâte de me battre à nouveau contre eux l’an prochain.».

Quant à Alonso, même s’il pense qu’il lui faudra quelques jours pour réaliser, il a déclaré envers son prédécesseur : "Tout le monde veut battre Michael sur la piste parce que c’est la même chose que de battre (Lance) Armstrong dans le Tour de France, d’avoir battu Michael cette année, ça a vraiment été un bonheur supplémentaire pour moi."