Remporter un championnat du monde de Formule 1 devant Michael Schumacher, de retour chez Mercedes, a "plus de valeur", a estimé Fernando Alonso, passé à l’intersaison chez Ferrari, hier à Sakhir à l’aube de la nouvelle saison de F1. "C’était une assez grosse surprise quand il est revenu. Mais c’est une très bonne chose pour nous tous, pilotes, pour le sport, la Formule 1. Comme nous faisons tous partie de la F1, il nous aide aussi. J’espère qu’on aura un bon combat", a remarqué Fernando Alonso avant que Schumi ne prenne sa retraite. "Gagner autant de titres que Michael est quelque chose qu’on ne pourra probablement jamais répéter, a néanmoins observé Alonso. Michael a fait l’histoire de notre sport. Au vu des chiffres, du nombre de victoires, etc. On est tous d’accord que Michael est le meilleur de tous."

En seize saisons, de 1991 à 2006, Michael Schumacher s’est plu à affoler les statistiques avec ses sept titres, ses 91 victoires et ses 68 pole positions, marquant la bagatelle de 1 369 points au total. Des records qu’aucun pilote en activité ne semble en mesure de lui contester. Après une première tentative de retour avortée chez Ferrari en août dernier en remplacement de l’infortuné Felipe Massa, blessé à Budapest, en raison de problèmes au cou, Schumacher s’est engagé à l’intersaison chez Mercedes, qui a racheté l’écurie Brawn GP.

"Gagner un championnat ou gagner une course avec Michael en piste a plus de valeur. On essayera", a affirmé Fernando Alonso, dont l’arrivée chez Ferrari suscite l’enthousiasme dans son pays et auprès des tifosi italiens.

Lewis Hamilton estime même que Fernando Alonso est "potentiellement" son "rival le plus difficile" pour le titre dans le Championnat du monde. "C’est un pilote fantastique avec une voiture très bonne, oui potentiellement, c’est le rival le plus difficile" pour le titre cette saison, a déclaré Hamilton.

Il a toutefois ajouté "qu’il ne faut pas oublier" Michael Schumacher. Selon lui, Schumi est une "légende du sport", mais Hamilton a jugé, sans autre précision, que l’Allemand n’était pas actuellement le "meilleur" pilote de F1.

Le fils spirituel de Ron Dennis s’est réjoui de pouvoir lutter pour le titre avec Alonso, sacré en 2005 et 2006, avec qui la cohabitation en 2007 chez McLaren s’était plutôt mal passée.

Il a estimé que son bolide MP4-25 était une des "meilleures" voitures à sa disposition depuis qu’il pilote chez McLaren. (AFP)