© EPA

Moteurs

André Maes : "Jérôme n’est pas très populaire."

O.d.W.

Publié le - Mis à jour le

Hier, Etienne Davignon, président de la future Société du circuit de Spa-Francorchamps se montrait très optimiste après la nouvelle du retour d’un Belge en Formule 1. "La titularisation de Jérôme d’Ambrosio en F1 est une bonne chose et aura un impact positif sur la fréquentation du circuit de Spa-Francorchamps. Nous organiserons évidemment des choses autour de lui durant la prochaine saison", avait-il ainsi déclaré. Mais André Maes, directeur de Spa GP, la société organisatrice du GP de Belgique de F1, a réservé un accueil plutôt réservé à l’intronisation de notre compatriote. "Cela ne peut être que positif", a t-il pourtant déclaré spontanément. Avant de se poser des questions sur l’impact réel qu’aura la présence d’un pilote belge au départ du GP de Francorchamps.

"Si cela va booster les ventes des tickets ? Je ne sais pas. Est-ce que la présence d’Adams ou de Leinders a incité les Belges à venir en nombre ? Cela va dépendre à mon avis de comment il se comporte lors des premières courses."

Il est clair qu’avec la Lotus-Renault, par exemple, l’histoire aurait été toute différente. Car avec la Virgin V02, il ne faut pas s’attendre à des miracles. Inutile de rêver de podium ni même d’une place en Q3.

Mais plus que sur les performances sportives, c’est sur la personnalité trop introvertie (certains disent snob, mais ce n’est pas le cas) du pilote de Grez-Doiceau qu’André Maes émet des doutes : "Je ne connais pas sa cote de popularité. Il est resté relativement incognito en GP2. Ce n’est pas une star. Il ne se montre pas assez, ne se met pas en avant en dehors de sa voiture. C’est un travailleur de l’ombre. Je suis convaincu que neuf dixièmes des téléspectateurs des GP sur la RTBF ne reconnaissent pas le son de sa voix. Gaëtan Vigneron doit le pousser pour qu’il ose prendre position."

C’est vrai, pour devenir une icône du sport belge, Jérôme va devoir soigner sa popularité, sortir de sa bulle, se lâcher encore plus, aller plus à l’encontre des fans de la F1 et même de la presse. Devenir un "people", passer un maximum à la télé, s’afficher avec une spectaculaire créature, cela aussi fait partie du job de pilote de F1. Et alors seulement il pourra espérer attirer les foules. Et demander quelques billets gratuits à André Maes pour ses invités

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous