Le Circuit de Spa-Francorchamps s'apprête à évoluer dans un futur proche pour une meilleure sécurité. Des mesures décidées avant le tragique décès d'Anthoine Hubert samedi passé.

L'édition 2019 du Grand Prix de Spa-Francorchamps a été endeuillée samedi par le décès du pilote français Anthoine Hubert (22 ans) dans le deuxième tour de la course de Formule 2. La CEO du Circuit de Spa-Francorchamps Nathalie Maillet rappelle les risques inhérents de ce sport et le travail constant effectué avec la Fédération Internationale de l'Automobile (FIA).

"Ce qui est arrivé est malheureux, et rappelle que le risque zéro n'existe pas en sports moteurs", a déclaré Nathalie Maillet à Belga. "Le circuit a toujours oeuvré avec la FIA (la fédération internationale de l'automobile) pour améliorer la sécurité. Il faut maintenant attendre son rapport et analyser les causes exactes de l'accident".

Le Circuit de Spa-Francorchamps avait annoncé il y a plusieurs mois la volonté de se mettre en conformité avec les normes de sécurité pour accueillir des compétitions motocyclistes internationales. Il était donc prévu que le circuit évolue bien avant le drame de ce week-end.

"Nous nous dirigeons vers le grade C de la FIM (Fédération Internationale de Motocyclisme, ndlr). Nous sommes toujours en discussion pour l'homologation du circuit avec la FIA et la FIM", explique Nathalie Maillet. "Des travaux sont prévus au Raidillon pour les 24 Heures Motos, qui auront lieu en 2022. Les dégagements vont être augmentés et étudiés pour qu'il n'y ait plus de chocs frontaux..."

Les dégagements asphaltés ont été pointés du doigt après l'accident. Si aucune modification du tracé n'est attendue, les investissements pour accueillir les motos vont permettre de voir revenir les bacs à graviers en bord de piste, bien que leur emplacement reste à déterminer.

"Il n'est pas prévu de modifier le tracé au Raidillon. Mais ce qui est déjà certain, c'est que l'on va remettre des bacs à graviers. Les normes pour les motos sont plus strictes. Donc la mise aux normes du circuit pour les motos va avoir un effet positif pour les voitures. Les discussions actuelles portent sur les endroits où il faut mettre les bacs à graviers ainsi que leur profondeur. Et aussi de savoir s'ils doivent couvrir l'ensemble d'untel virage ou pas. Nous allons essayer de tout finaliser pour la fin de l'année afin de pouvoir déposer les permis d'urbanisme."

Bien qu'il n'y ait pas eu la moindre indication contraire, Nathalie Maillet rassure concernant le futur du Grand Prix de F1.

"Cet acident ne remet pas en cause la venue de la Formule 1 à Spa-Francorchamps. Ce qui s'est passé est un fait de course. Bien sûr, nous sommes tous marqués. On doit continuer à faire évoluer le circuit. Nous allons d'ailleurs également continuer à développer le centre d'extraction..."