Distancée par Renault depuis le début de la saison, l'écurie Ferrari a décidé de lancer dans le grand bain sa nouvelle monoplace, la F-2005, dès le Grand Prix de Bahreïn, qui se disputera la semaine prochaine. Le team Ferrari a pris cette décision hier à l'issue des différentes séances d'essais effectuées par Michael Schumacher et Rubens Barrichello sur le circuit de Mugello. La Scuderia, battue lors des deux premières courses du championnat du monde, a connu un début de saison difficile. «Schumi», au volant d'une version modifiée de sa monoplace 2004, s'est classé 7e, dimanche dernier, à l'issue du Grand Prix de Malaisie, à plus d'une minute du vainqueur, l'Espagnol Fernando Alonso. Son équipier Rubens Barrichello n'a pas fini la course après avoir abandonné dans le 50e tour sur ennui mécanique. La Scuderia n'a pris que 10 points en deux courses et compte 16 longueurs de retard sur Renault au championnat du monde constructeurs, un bilan désastreux comme la firme transalpine n'en avait plus rencontré depuis plus de dix ans.

Jean Todt a tranché

On ne doutait donc pas que, du côté de Maranello, on chercha une parade immédiate à cette situation. Ferrari, brutalement devenu rouge de honte après avoir si souvent vu rouge de plaisir, a apporté la réponse espérée par le biais de celui qui est considéré comme le véritable patron. «Nous aurons effectivement la nouvelle voiture pour la prochaine course, a déclaré le directeur sportif Jean Todt. Les essais au Mugello ont confirmé les capacités de la voiture. Nous aurons deux F-2005, une pour chaque pilote, et une F-2004 utilisée en Australie et en Malaisie en remplacement.» Michael Schumacher et Rubens Barrichello ont testé la nouvelle voiture cette semaine et ont été comblés. Un optimisme qui pourrait donc relancer l'intérêt du championnat...

© Les Sports 2005