Ferrari, championne du monde de Formule 1, contructeurs et pilotes, et Philip Morris, propriétaire de la marque Marlboro partenaire de la Scuderia depuis 1984, poursuivront leur collaboration jusqu’ à la fin de la saison 2006, ont annoncé l’équipe italienne et Philip Morris jeudi.

2006, c’est justement la date limite que le Parlement européen avait fixée, il y a bientôt trois ans (1998), au sponsoring tabac en Formule 1. «Nous sommes ravis de continuer le fructueux partenariat Marlboro-Ferrari qui dure depuis 1984. Notre implication mutuelle dans le Championnat du monde de Formule 1 est une source de fierté pour nos compagnies respectives et les milliers de nos employés à travers le monde», a déclaré Hans Fluri, président de Philip Morris Europe.

Cet accord met ainsi un terme aux informations, parues dans un hebdomadaire allemand il y a une quinzaine de jours, selon lesquelles le cigarettier Philip Morris désirait mettre un terme à sa présence en F1 à la fin de la saison 2002. Informations que Ferrari avait aussitôt démenties. La marque américaine investit environ 500 millions de francs (76,2 millions d’euros) dans l’équipe italienne, prenant notamment en charge avec Shell le paiement des salaires des pilotes, dont 250 MF (38,1 ME) pour le seul Michael Schumacher, triple champion du monde.

Selon l’hebdomadaire allemand, le patron du fabricant américain de cigarettes, Geoffrey C. Bible, avait déclaré que les couleurs «rouge et blanche» de Philip Morris «ne seront présentes qu’à un niveau très réduit. Nous devons tricoter un bas de laine d’économies». C. Bible faisait allusion aux 74 milliards de dollars de dommages-intérêts dont l’industriel du tabac est menacé après une condamnation par un tribunal de Floride suite à une plainte collective d’anciens fumeurs. En 2001, Philip Morris doit dépenser environ 150 millions de dollars (161 millions d’euros) dans ses activités de parrainage, non seulement en F1 mais aussi en Championnat CART et en motocyclisme.

(AFP)