Ferrari, la seule écurie qui a disputé toutes les saisons de l'histoire du championnat du monde de Formule 1 depuis 1950, pourrait quitter la discipline phare du sport automobile si le plafond budgétaire venait encore à diminuer, a prévenu Mattia Binotto, directeur de l'écurie.

L'accord original de 2019 faisait état d'un plafond à hauteur de 175 millions de dollars qui devait entrer en vigueur pour la saison 2021. Mais la Formule 1 est à l'arrêt à cause de la pandémie de Covid-19 et les conséquences financières sont importantes.

Une nouvelle proposition, avec un plafond à 145 millions de dollars pour 2021 et 130 millions pour 2022, a été récemment avancée sans qu'aucun accord ne soit trouvé.

"Cette requête de 145 millions de dollars est nouvelle et exigeante comparé à ce qui a été fixé en juin", a déclaré Mattia Binotto au quotidien britannique The Guardian. "Elle ne peut pas être atteinte sans sacrifices, surtout en ressources humaines. Si ce plafond devait encore baisser, nous ne voudrions pas être obligés d'envisager d'autres options afin d'assouvir notre ADN de la course."

"Nous sommes bien conscients que le monde traverse une période très particulière mais ce n'est pas le moment d'agir à la hâte. Il y a un risque clair de prendre des décisions dans l'urgence sans évaluer clairement toutes les conséquences", a ajouté l'ingénieur italien de 50 ans.

Les neuf premiers GP de 2020 ont été annulés (Australie, Monaco) ou reportés sine die (Bahreïn, Chine, Vietnam, Pays-Bas, Espagne, Azerbaïdjan, Canada). Le GP de Belgique, prévu à Spa-Francorchamps le 30 août, est encore incertain vu que les événements de masse sont interdit jusqu'au 31 août en Belgique.