Le grand argentier de la Formule 1, Bernie Ecclestone, a indiqué jeudi qu'une décision serait prise la semaine prochaine concernant le maintien ou l'annulation du Grand Prix de Bahreïn, prévu le 13 mars, dans ce pays secoué actuellement par une crise politique et des violences. "La semaine prochaine nous prendrons une décision et nous déciderons de ce que nous ferons", a déclaré Ecclestone à l'agence britannique Press Association. "Nous allons garder un oeil sur la situation et prendre une décision rapidement", a-t-il ajouté. "J'ai parlé ce matin au Prince (ndlr: Salman bin Isa Al Khalifa), Il n'en sait pas plus que vous ou moi, mais ils suivent de près le déroulement des événements", a précisé Ecclestone.

Les forces de sécurité bahreïnies ont donné l'assaut dans la nuit de mercredi à jeudi à des manifestants qui campaient sur la place de la Perle dans le centre de Manama pour demander des réformes politiques. Quatre personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées dans cet assaut, selon leurs familles et l'opposition. Ce bilan porte à six le nombre de morts depuis le début de la contestation lundi dans ce petit royaume du Golfe à majorité chiite et gouverné par une dynastie sunnite.

Jeudi matin, l'armée s'est déployée en force à Manama et dans les différentes localités de Bahreïn demandant à la population de ne pas se rassembler. La deuxième manche de la série GP2 Asie, qui devait se dérouler à Bahreïn vendredi et samedi, a été annulée jeudi pour un "cas de force majeure" en raison du mouvement de contestation secouant cette monarchie, avait indiqué plus tôt le site internet officiel du GP2.

Le GP2 est une série servant d'antichambre à la Formule 1. Le Grand Prix de Bahreïn doit ouvrir la saison de Formule 1 le 13 mars. Avant le Grand Prix, la Fédération internationale de l'automobile (FIA) et les écuries ont prévu quatre jours d'essais, du 3 au 6 mars sur le circuit de Sakhir.