Après un Grand Prix de Bahreïn haletant et un Grand Prix de Malaisie nous ayant laissés sur notre faim, le rendez-vous australien s'est révélé particulièrement spectaculaire, avec de nombreux accidents et accrochages ayant nécessité non moins de quatre interventions de la voiture de sécurité! Beaucoup de pilotes semblaient fébriles hier dans les rues de Melbourne, à commencer par Juan-Pablo Montoya, jamais en reste, il est vrai, lorsqu'il s'agit d'assurer le spectacle!

Parti en tête-à-queue avant mê- me le départ, il pensait devoir s'élancer depuis la dernière position sur la grille de départ lorsque la chance lui sourit.

Le plus malchanceux de tous les pilotes, Giancarlo Fisichella -auteur du deuxième meilleur temps des essais devant son équipier Fernando Alonso-, cala, en effet, sur la grille, officiellement en raison d'un problème électronique. De quoi imposer un second tour de chauffe permettant à Montoya de reprendre sa place initiale. Simple sursis pour le Colombien, qui allait ensuite multiplier les erreurs: nouveau tête-à- queue lui coûtant deux places, accrochage avec le poleman Button, puis sortie de piste faisant s'enclencher sur son moteur un système de sécurité entraînant son abandon.

Les sorties de la safety-car

Le bouillant Juan-Pablo peut toutefois se vanter de ne pas avoir entraîné de sortie de la safety-car. Ce qui n'est pas le cas de Massa, de Klien, de Michael Schumacher et de Liuzzi.

Les représentants Ferrari et Red Bull/Toro Rosso ont, en effet, joué aux cascadeurs, imposant un nombre record de regroupements au peloton.

Le premier tour fut déjà très chaud, avec un accrochage impliquant Klien, Rosberg et Massa. Dépité d'avoir cassé sa deuxième Ferrari du week-end, le jeune Brésilien de la Scuderia n'était cependant que la victime innocente de l'incident ayant opposé les deux premiers cités.

Mais sa voiture était tellement endommagée que c'est elle qui entraîna la première sortie de la voiture de sécurité. C'était loin d'être la dernière! Dès le 6 éme tour, Christian Klien perdait, en effet, le contrôle de sa Red Bull lors d'un freinage. Conséquence de l'accrochage du départ sans doute mais deuxième safety- car quand même!

Vingt-sept tours plus tard, c'était au tour de Michael Schumacher de sortir violemment de la piste, alors qu'il tentait de revenir sur la 5e place de Jenson Button. Surpilotant une Ferrari pour le moins inconstante, le septuple champion du monde partait à la faute tout seul au début de la ligne droite des stands, entraînant la 3 éme entrée en piste de la fameuse Mercedes aux gyrophares orange. Dès que celle-ci rentra dans sa tanière, le jeune Liuzzi imitait le maître allemand, obligeant la direction de course à neutraliser la course durant trois tours de plus.

Les meilleurs s'en sortent

Les quinze derniers tours allaient être plus calmes, même si l'incendie provoqué par l'explosion du moteur de Button dans le tout dernier virage prouvait une fois de plus que la Formule 1 reste un des sports les plus spectaculaires de la planète!

Ce ne sont pas les téléspectateurs qui s'étaient levés à l'aube pour regarder ce Grand Prix d'Australie qui nous contrediront !

En revanche, le vainqueur, lui, s'est presque ennuyé en ce dimanche après midi aux antipodes. Semblant traverser les embûches com- me s'il évoluait en essais privés et évitant magistralement tous les problèmes alors que ses rivaux tombent les uns après les autres, Fernando Alonso dégage, en effet, une impression de force hors du commun!

magistralement tous les problèmes alors que ses rivaux tombaient les uns après les autres. (AP)

© Les Sports 2006