© BELGA

Moteurs

La pression s'accentue sur Ecolo

Vincent Rocour

Publié le - Mis à jour le

A l'évidence, le monde politique belge a été pris de cours, lundi, par la décision de la Fédération internationale automobile (FIA) de priver la Belgique de son grand prix de Formule Un dès 2003.

Mais la surprise passée, la réaction s'est amorcée. Chaque parti francophone prétend maintenant vouloir sauver l'édition belge du circuit de F 1. Même Ecolo, la seule formation du sud du pays à avoir refusé d'accorder en juillet une dérogation à l'interdiction de la publicité pour le tabac et qui, à ce titre, est rudement vilipendée par ses partenaires. Signe d'apaisement: les verts ont accepté de discuter d'une nouvelle proposition de loi déposée par le tandem sénatorial liégeois Philippe Monfils (MR) - Jean-Marie Happart (PS) et visant à retarder de deux mois l'interdiction de la pub-tabac. Visiblement, Ecolo ne veut pas prendre le risque de passer pour le fossoyeur du Grand Prix de Francorchamps à la veille des élections.

Des conditions

Le soutien des verts à la nouvelle proposition Monfils-Happart est cependant loin d'être acquis. C'est qu'Ecolo ne veut pas non plus se fâcher avec une partie de sa base qui comprendrait mal qu'il cède à la pression des cigarettiers, ni avec Agalev qui le supplie de maintenir la ligne dure. Les verts imposent dès lors des conditions à leur revirement. Il faudra, dit Ecolo, que la FIA s'engage à supprimer toute la publicité-tabac à partir de 2006, y compris ` dans le cadre des retransmissions télévisées de GP exotiques (Shangaï, Dubai, etc.) ´. Ce qui, affirme-t-on chez les verts, n'est pas rien. ` Les écuries de F 1 savaient depuis 5 ans que la pub pour le tabac serait interdite, glisse un écolo. Elles n'ont pas su changer leur fusil d'épaule. Je ne vois pas comment elles pourraient le faire d'ici 2006. ´

Ecolo exige aussi que le Fonds public anti-tabac, dont la création a été décidée en mai par le gouvernement, soit alimenté annuellement de 7,5 millions d'euros - et non pas de 625.000 euros comme il a été décidé. Une condition qui n'est pas mince non plus. Il faudra en effet convaincre le ministre du Budget de délier les cordons de la bourse ainsi que, de manière plus générale, les partis flamands de la majorité pour qui Francorchamps n'est certainement pas - c'est un euphémisme - une priorité.

Ecolo a un atout: il est mathématiquement indispensable à l'adoption de la nouvelle proposition Monfils-Happart. Mais il sera soumis à forte pression. Le MR a dit espérer ` que le mouvement Ecolo reviendra à une analyse réaliste des choses afin de maintenir le Grand Prix ´.

Le CDH, pour sa part, a indiqué que le feuilleton `Francorchamps´ illustrait à nouveau l'incapacité de la majorité ` d'arbitrer ses conflits internes ´.

© Les Sports 2002

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous