Jules Bianchi, plongé dans le coma depuis un grave accident lors du Grand Prix du Japon en octobre dernier, redonne de l'espoir à sa famille. A plusieurs reprises, le pilote Marussia a serré la main de ceux qui étaient à son chevet. Une amélioration non négligeable comparée aux premiers diagnostics des médecins comme le souligne son père; "Par rapport à ce que nous a dit le professeur japonais qui l'a tout de suite opéré à Yokkaichi, c'est déjà le jour et la nuit. Là-bas, quand nous sommes arrivés, avec la maman de Jules, il n'y avait plus d'espoir. Le pronostic était alarmiste. On parlait de lésions irréversibles. D'un an de délai au moins avant de pouvoir le transférer, ce qui fut finalement fait au bout de sept semaines, car il a très vite pu respirer à nouveau par ses propres moyens. Pour ce genre de traumatisme, on le sait, l'évolution est très lente." 

Depuis son transfert en France au mois de novembre, l'entourage est resté très discret sur l'état de Jules Bianchi. Dans un état stable, le pilote est assez autonome. "Tous ses organes fonctionnent normalement, sans assistance. Mais, pour l'instant, il reste inconscient, dans le coma." explique son père qui insiste sur la force de son fils; "Il se bat avec force, comme il s'est toujours battu, avant et après l'accident. Chaque jour, Jules accomplit un marathon."

Certains signes sont tout de même encourageants et sa famille croit plus que jamais à une sortie du coma; "De temps en temps, à son chevet, on voit qu'il se passe des choses. À certains moments, il est plus 'actif', il bouge plus, sa main nous serre... Mais s'agit-il de simples réflexes ou de vraies réactions? Difficile de savoir" détaille Philippe Bianchi dans les colonnes du journal.

La famille tentera de "donner des nouvelles quand il y en aura, qu'elles soient bonnes ou mauvaises". Les fans mais aussi les pilotes continuent de soutenir la famille via de nombreuses attentions. Romain Grosjean a d'ailleurs témoigné de son affection pour son collègue en lui dédiant son premier top 10 de la saison lors du Grand Prix de Chine. Des messages de soutien que Philippe salue; "Ces gens qui pensent à lui, qui prient pour lui, c'est une fabuleuse source de motivation. Sûr que Jules les entend!"