Ce dimanche, en Hongrie, Lewis Hamilton a remporté sa 86e victoire en Formule 1, sa deuxième victoire de la saison. Après son échec en Styrie lors de la rentrée, certains estimaient que le Britannique ne se sentait pas concerné par son sujet, s'occupant davantage de relayer le mouvement Black Lives Matter dans le petit monde de la F1. A l'initiative du sextuple champion du monde, la plupart des pilotes se sont agenouillés, le point levé contre le racisme, lors de la cérémonie d'ouverture des deux Grand Prix disputés en Autriche.

S'il a remis les points sur les i sur le plan sportif lors des deux dernières semaines, Hamilton n'en a pas moins oublié son combat et estime que la Formule 1 et le sport en général doivent en faire davantage dans la lutte contre le racisme. Pour lui, la F1 devrait faire profiter la lutte contre le racisme de sa visibilité.

Mais il a également pointé du doigt un de ses collègues pilotes en la personne de Romain Grosjean, qui comme Sebastian Vettel et Alexander Wurz, préside l'Association des pilotes de Formule 1 : "Il est un de ceux qui ne trouvent pas cela important. Il trouve suffisant que nous le faisions une fois. Donc j'ai essayé de lui parler pour lui expliquer le problème et que cela ne va disparaître de soi-même. Nous devons continuer à nous battre pour l'égalité."

"Cette fois, il n'a même pas mentionné notre action dans le briefing des pilotes, tout comme Vettel", a-t-il ajouté, "J'ai envoyé un message à Sebastian qui a souligné que c'était important de continuer de mener des actions."

Grosjean n'est pas le seul à avoir été pointé par Hamilton, qui juge que les autorités de la Formule 1 n'en font pas assez pour l'aider dans son combat. "Tout cela a été fait de manière précipitée, nous devions quitter notre voiture et nous agenouiller rapidement. Ils doivent mieux organiser cela. Je ne sais pas pourquoi ils l'ont fait au départ de la première course et plus par la suite. Ils voulaient laisser voir qu'ils allaient se battre pour la diversité et contre le racisme mais ils ne nous donnent pas la place pour que l'on continue de le faire. Ils devraient nous donner plus de temps, je vais donc aller leur parler", s'est agacé le Britannique à l'issue de l'épreuve de ce dimanche.

Avant de conclure sur une note d'espoir, admettant que son plus grand rêve serait de voir l'ensemble des pilotes du paddock participer à ce mouvement en s'agenouillant avant le départ de chaque course. "Ce serait beau", a-t-il confessé.