Mark Webber, l’actuel leader du championnat du monde, a vécu un anniversaire bien arrosé sous le déluge spadois. Même si l’Australien est considéré comme une valeur sûre depuis quelques années déjà, c’est certainement celui des cinq candidats au titre que l’on attendait le moins.

Dans le paddock, comme parmi de nombreux fans, la cote de popularité du pilote Red Bull soufflant hier ses 34 bougies est en hausse. Beaucoup voudraient le voir couronné cette année. "Peut-être parce que Lewis, Jenson et Fernando ont déjà été sacrés et que Sebastian a encore toute sa carrière devant lui pour le faire", confie, modestement, l’ "Aussie" bien décidé à garder jusqu’au bout le leadership du championnat. "Je sais qu’un titre mondial change la vie, la personnalité. Je veux ressentir ça. Mon contrat court jusque fin 2011. Je ne peux donc garantir que je serai encore là en 2012. Mon objectif est donc de décrocher la couronne avant cette échéance."

Pour succéder au palmarès à ses compatriotes Jack Brabham et Alan Jones, Mark Webber veut continuer à rouler avec sa tête : "Je touche du bois mais, jusqu’à présent, ma RB6 s’est avérée fiable. J’ai enregistré mon seul abandon en décollant sur la Lotus de Kovalainen dans les rues de Valence. Une grosse frayeur. J’ai aussi perdu des points lors de l’accrochage avec mon équipier en Turquie."

Si telle situation se représentait ce week-end, que changerait-il ? "Il est trop tôt pour prendre des risques. Celui qui marquera zéro point sur un des sept derniers GP pourrait être éliminé de la course au titre. Je vais donc essayer de continuer à engranger, penser à l’équipe et garder la tête froide. Un premier podium spadois me conviendrait déjà bien."

Habitué à faire des bonds sur la plus haute marche, le kangourou espère mettre un titre en poche avant de se consacrer à d’autres sports et aux jeunes défavorisés.