Sept points d’avance. Normalement, à la régulière, l’affaire est dans le sac. Le titre, en poche. Lewis Hamilton devrait être sacré dimanche. Et pourtant, beaucoup imaginent un nouveau scénario catastrophe et verraient bien l’histoire de l’an dernier se répéter. Nous vous livrons ici sept raisons pour lesquelles le pilote McLaren pourrait à nouveau échouer en vue du sommet et marquer moins des quatre points nécessaires en cas de succès de son rival Felipe Massa.

1 Panne mécanique. C’est la hantise de Mercedes après les deux soucis de moteur dont a été victime Heikki Kovalainen lors des deux derniers Grands Prix. Lewis disputera son deuxième GP avec le même V8.

2 Pression. Elle est énorme sur ses épaules, surtout après l’épisode de l’an dernier. Ses jambes risquent de trembler et dans des situations de stress, on commet plus facilement des fautes. Il en a déjà fait quelques-unes cette année, souvent par précipitation. Espérons cette fois qu’il résistera à la pression et saura faire une course sage, exempte du moindre faux pas.

3 Accrochage. On a pu le constater lors des derniers GP, Lewis n’a pas que des amis dans le peloton. Beaucoup de ses collègues lui reprochent son comportement agressif en course et sont donc bien décidés à ne pas lui faire de cadeau. Il n’a donc plus trop intérêt à aller se frotter de trop près à ses rivaux, notamment à son ex-équipier Alonso qui a déclaré que s’il le pouvait, il aiderait Massa.

4 Toro Rosso... Ferrari. Lewis devra se battre contre les deux F2008 de Massa et Raikkonen, mais aussi contre les Toro Rosso Ferrari de Vettel et Bourdais, très en forme lors des derniers GP. On se souviendra des récentes révélations de Norberto Fontana qui, en 1997 alors qu’il était pilote Sauber Ferrari, avait reçu comme consigne de Jean Todt de bouchonner le plus possible Jacques Villeneuve à Jerez lorsque ce dernier lui prendrait un tour. Hamilton ne se battra donc pas contre une mais bien contre quatre Ferrari. Et pourrait avoir du fil à retordre s’il se retrouvait derrière une Toro Rosso.

5 Bête noire FIA. Lewis a déjà été pénalisé à six reprises cette saison. La FIA et ses commissaires sportifs ne lui pardonnent aucune erreur. Peut - être parce que Max Mosley voit en lui non pas un compatriote mais plutôt le protégé de son "ennemi juré" Ron Denni

6 Safety car. Elle a déjà ruiné de nombreuses courses cette année. Si elle sort au mauvais moment pour Lewis, juste quand il doit ravitailler, elle pourrait lui valoir un "stop and go" de dix secondes et le plonger dans les profondeurs du classement.

7 Statistiques. Cette saison, le Britannique n’est pas rentré dans le "Top 5" à cinq reprises, soit dans 29 pc des cas. Quatre fois (Bahrein, Montréal, Magny-Cours et Fuji) il est rentré bredouille. Et on sait que traditionnellement, les ultimes courses sont souvent mouvementées et réservent pas mal de surprises. Les mauvaises langues (et dieu sait si elles sont nombreuses en F1) ajouteront que jusqu’à aujourd’hui, il a en outre perdu 100 pc de ses combats pour le titre