Que retenir de ce GP de Hongrie, 13e manche du Championnat du Monde disputée hier sur le tourniquet de Budapest? Tout d'abord que Kimi Raikkonen, trop souvent malchanceux cette saison, y a méritoirement renoué avec le succès, le 6e de la carrière d'un Finlandais évoluant devant des milliers de compatriotes, le 4e cette saison.

Les classements du GP

Ensuite que Michael Schumacher, Ferrari et, surtout, Bridgestone ont enfin redressé la tête avec la 64e pole de l'Allemand - même si avec le nouveau règlement elles n'ont plus la même valeur sportive - désormais à un meilleur temps du record de Senna, et sa bonne 2e place finale après avoir résisté durant la moitié du GP à la pression de Raikkonen et, en fin de course, au retour de la Toyota de son frère Ralf, sur son premier podium de l'année.

Mais aussi, et surtout, que McLaren-Mercedes a de nouveau manqué une belle occasion de signer son premier doublé 2005 et de revenir ainsi à 4 points de Renault.

Parti sur une stratégie à deux arrêts pour un de plus à son équipier contraint à s'élancer parmi les premiers en qualification, Juan Pablo Montoya menait, en effet, la course lorsqu'il fut une nouvelle fois trahi par sa mécanique. Soyons certain que Ron Dennis n'avait pas imaginé pareil scénario pour faire passer Kimi Raikkonen en tête au 41e tour. Encore les plus performantes, les Flèches d'Argent ont malheureusement confirmé ce week-end leur manque de fiabilité. Seul point positif de cet- te mésaventure: avec 53 points de retard (pour 60 encore à distribuer) sur Alonso, Monti devrait plus facilement accepter de se mettre au service de son équipier.

Un Finlandais continuant à jouer au Yo-Yo. En inversant le 0-10 d'Hockenheim, le pilote d'Espoo est revenu au même stade qu'avant le GP d'Allemagne. Sauf qu'aujourd'hui il ne reste plus que six courses pour tenter de combler les 26 points de retard sur Fernando Alonso.

Un Espagnol qui n'aura franchement pas été à la fête le week-end de son anniversaire en terminant pour la première fois hors des points. Qualifié en 6e place après s'être loupé dans l'ultime virage, l'Asturien n'a pu éviter une touchette en tentant de doubler la Toyota de Ralf Schumacher lors d'un premier freinage où l'Autrichien Klien effectua un spectaculaire tonneau. Contraint à repasser par le stand après avoir perdu un museau avant, sur lequel s'explosa la Red Bull de Coulthard, le jeune Matador s'est classé 11e, à un tour du vainqueur. Un fameux revers sur un circuit où il s'était imposé pour la première fois en F 1 voici deux ans. Une défaite d'autant plus alarmante dans l'optique du titre... constructeurs que Giancarlo Fisichella n'a pas marqué le moindre point non plus. Revenu à 12 points de l'équipe française, McLaren-Mercedes peut espérer décrocher le titre des marques, même s'il faudra pour cela encore resserrer quelques boulons. Pour celui des pilotes, en revanche, les chances de Kimi Raikkonen restent minimes. A moins que le nouveau circuit turc ne réussisse pas à son rival.

© Les Sports 2005