© AP

Moteurs

Schumacher, allié de Raikkonen?

OLIVIER DE WILDE

Publié le - Mis à jour le

ENVOYÉ SPÉCIAL À ISTANBUL

Vingt-neuf points entre Fernando Alonso et Kimi Raikkonen au soir du GP d'Imola, à peine trois de moins neuf courses plus tard: les Grands Prix s'enchaînent sans que le Finlandais ne parvienne réellement à combler le lourd déficit concédé en tout début de saison. Parfaitement pilotée par un «Iceman» ouvent malchanceux, la McLaren-Mercedes MP 4/20 est certes la plus performante de cette saison 2005 mais la régularité du bon package Renault s'est révélée au bout du compte nettement plus payante pour un Fernando Alonso affichant six succès à son compteur, dont au moins quatre suite à une défaillance de son adversaire direct.

Résultat: à six GP de la fin du championnat, seul «Il Nano» lui-même semble encore douter de l'identité du prochain champion du monde de F 1. Il faudrait, en effet, un sacré concours de circonstances, beaucoup de réussite d'un côté et de déveine de l'autre, pour que l'Espagnol ne devienne pas, à 24 ans, le plus jeune champion de l'histoire. Mais en sport mécanique, c'est bien connu, rien n'est acquis avant le drapeau à damiers. Et trois semaines après la Hongrie, il suffirait dimanche en Turquie d'un nouveau 10-0 en faveur du Nordique pour relancer tout l'intérêt de la compétition.

A la régulière, avec le système d'attribution des points actuellement en vigueur ne favorisant pas vraiment les grandes remontées, il sera toutefois nettement plus dur de venir à bout du nouveau «Conquistador». D'autant que Juan-Pablo Montoya, équipier de Raikkonen, n'est pas plus fiable que des Flèches d'Argent n'ayant pas encore signé le moindre doublé cette année. Et que Giancarlo Fisichella est prêt à donner un coup de main (ne parlons pas de consignes de team, c'est interdit) à son chef de file.

Schumi meilleur buteur

Toutefois, si sa machine ne s'enraye plus et qu'il atteint sa cible à chaque coup, Kimi pourrait bénéficier de l'aide d'outsiders de plus en plus ambitieux. On pense à la BAR-Honda de Button mais surtout à la Ferrari de Michael Schumacher.

Même s'il n'évoque plus la perspective d'un 8e titre depuis quelques semaines, l'Allemand est toujours là et bien là. L'air de rien, il ne possède que 5 unités de retard sur un Raikkonen dont il pourrait devenir le principal allié dans la course au titre en s'intercalant régulièrement entre les McLaren et les Renault.

Il est plus étonnant également de constater que, depuis Monaco et grâce à la mascarade d'Indianapolis, on vous l'accorde, «Schumi» a marqué une unité de plus (45) que Raikkonen (44) et deux de mieux qu'Alonso (43). Le non-respect par la Scuderia de la trêve estivale que se sont accordée tous les teams en faveur de la réduction des coûts pourrait favoriser le retour en forme de la F 2005 et faire du septuple champion du monde le principal arbitre du duel des deux candidats à sa succession. Pour autant que ses Bridgestone ne fondent pas comme du chewing... gomme dans la fournaise turque.

© Les Sports 2005

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous