BARCELONE La série noire continue pour le Baron rouge et sa Scuderia. Déjà handicapé dans l'exercice des qualifications par des gommes ne montant pas assez vite en température, le septuple champion du monde a vu hier sa remontée de la 8e à la 3e place ruinée par une double crevaison, d'abord à l'arrière (44e tour) puis, une boucle plus tard, à l'avant gauche. Problème d'usure, de conception ou comble de malchance en roulant à deux reprises sur des débris, les ingénieurs du manufacturier japonais tout comme Jean Todt refusaient de se prononcer à la hâte. «On va devoir analyser les causes de ce double incident», expliquait Napoléon après avoir perdu une nouvelle bataille. «Pourquoi deux pneus gauches, quasi simultanément, je suis incapable de vous apporter une raison précise à cet instant. Tout ce que je sais c'est que les gommes de Michael n'étaient pas à la corde. Il s'agit apparemment à chaque fois d'une perte d'air.»

Pas question pour le directeur sportif de Ferrari de tirer sur son partenaire pneumatique même si aujourd'hui sa responsabilité est plus que clairement engagée dans la déroute des Rouges: «On forme un team. On perd et on gagne ensemble. Nos rivaux se sont plus vite adaptés à la nouvelle réglementation. Jusqu'ici ils ont fait du meilleur boulot. On doit progresser sur un tour car on ne gagne pas des GP en partant de la 13e ou de la 8 e place. On sait où se situe le problème, mais on n'a pas encore la solution. On doit aussi gagner en fiabilité et en endurance. Ce week-end, on a cassé un moteur (ce qui obligea Barrichello à s'élancer de fond de grille d'où il ne put échouer qu'aux portes des points) et une boîte. On ne peut donc pas tout mettre sur le dos des pneus.»

Une tactique opportune d'un premier ravitaillement tardif à mi-parcours aurait dû permettre à Schumacher et Ferrari de limiter les dégâts: «La 3e marche du podium était à ma portée», estimait un champion allemand ne s'avouant pas encore vaincu pour le championnat. «Ce n'est pas encore fini. On va retrouver la clé du succès, j'en suis convaincu.»

Peut-être avec les nouvelles enveloppes attendues pour le GP d'Europe, fin du mois au Nürburgring.

© Les Sports 2005