L'Allemand a traîné une réputation de mauvais garçon durant sa carrière. Retour sur quatre coups de sang qui ont marqué le parcours de ce champion hors-norme.

En 1994, Schumacher joue le titre face à Damon Hil lors du Grand-Prix d'Australie. Un point seulement les sépare au classement. Après avoir mené les débats, c'est la catastrophe pour le Kaiser : il manque un virage et heurte un mur de béton. Hill revient dans ses talons et le déborde, mais le natif de Hürth-Hermülheim provoque l'accident avec la Williams et l'abandon des deux rivaux. Conséquence : Schumacher s'empare de son premier sacre.


L'épisode n°2 se déroule en 1997. Lors de l'ultime course du championnat du monde, à nouveau un seul petit point sépare l'Allemand de son rival Jacques Villeneuve. Schumacher entame le Grand Prix en tête mais Villeneuve revient et passe à l'abordage et se fait tasser par le Baron Rouge . Tel est pris qui croyait prendre : au final Schumi se retrouve dans le bac à gravier et le Canadien s'empare du titre.


En 1998, la victime s'intitule Heinz-Harald Frenzen. Alors qu'il sort des stands, Schum' décide de griller la politesse à son compatriote et l'envoie valdinguer dans les pâquerettes. Depuis une ligne blanche a été tracée sur la piste afin d'éviter ce genre de manœuvre grossière...


Toujours en 1998, à Francorchamps cette fois, Michael est en tête de la course et s'apprête à prendre un tour à David Coulthard, quand... Bardaf, c'est l'embardée! Schum' percute l'arrière de la monoplace du Britannique et rentre aux stands fou de rage. Si furieux qu'il veut en découdre à coup de poings avec son adversaire. Les mécaniciens et membres du Staff (Jean Todt en tête) devront s'interposer pour éviter les échanges de politesses entre les deux pilotes.