"Après toutes ces années passées en Formule 1, je boucle aujourd’hui la boucle en signant avec le constructeur qui m’a offert mon premier contrat."

Après un début de carrière qui le vit passer par le karting, la Formule Ford, la Formule König puis la F3, Michael Schumacher avait en effet été repéré par Mercedes-Benz et enrôlé en 1990 dans le Junior Team de Sauber-Mercedes en Championnat du Monde de Sport-prototypes. "En avril 1991, alors que je venais de prendre en charge le programme sportif de Mercedes-Benz, se remémorait Norbert Haug, Michael m’a glissé un soir à l’oreille : ‘L’heure est venue pour moi de débuter en F1’. Quatre mois plus tard, il était dans la Jordan à Spa."

Avec annonce du retour de "Schumi" en F1 avec Mercedes, la boucle est donc bouclée. Néanmoins, l’Allemand a plus à perdre qu’à gagner au vu des innombrables exploits qu’il a accomplis. Mais, le "Baron Rouge", s’il change de couleur, peut compter sur celui avec qui il a conquis ses sept titres, Ross Brawn, le patron et stratège de l’écurie Mercedes. Ce dernier se fie aux sensations de son poulain. "Michael est le mieux placé pour évaluer son propre potentiel et je lui fais complètement confiance. Et je suis tout à fait convaincu qu’il fera du bon travail."

Pour son futur équipier, Nico Rosberg, le fait de courir aux côtés d’un si grand champion, dans une équipe 100 % allemande qui plus est, relève du rêve éveillé. "C’est fantastique que Michael revienne en Formule 1 et soit mon collègue chez Mercedes. Pour moi, c’est un grand défi d’être sur la ligne de départ avec l’un des plus grands pilotes de tous les temps."

Lewis Hamilton, qui, au volant de sa McLaren, représentera certainement un concurrent sérieux pour "Schumi", est aux anges : "C’est formidable d’avoir Michael de retour en Formule 1. C’est une légende, un vrai chic type et je suis content pour lui qu’il ait à nouveau une chance de faire le plus beau métier du monde : courir en Formule 1. J’avais l’habitude de regarder courir Michael lorsque j’évoluais dans les catégories juniors et j’avais toujours espéré être en Formule 1 au même temps que lui."