Deux McLaren-Mercedes devant: la première ligne de la grille de départ du Grand Prix de Belgique de Formule 1 sera grise comme le ciel de Spa dimanche, Juan Pablo Montoya ayant réussi la pole position devant son coéquipier Kimi Raikkonen, samedi en qualifications.

De quoi entretenir l’espoir du côté de Raikkonen, toujours en lutte pour le titre mondial mais dont les chances sont désormais bien minces.

Le leader du Championnat du monde, l’Espagnol Fernando Alonso (Renault), peut en effet être sacré dès dimanche s’il marque quatre points de plus que le Finlandais, mais il semble plus enclin à gérer son avantage de 27 longueurs, certes confortable à quatre courses de la fin.

Samedi, sur piste sèche mais sous un ciel menaçant, Alonso n’a réussi que le cinquième temps des qualifications. Mais il bénéficie de la rétrogradation de son coéquipier Giancarlo Fisichella, troisième temps samedi et qui, ayant été obligé de changer de moteur avant la séance, partira finalement de la 13e place.

«Je suis un peu déçu», a reconnu l’Italien, espérant «remonter sur le podium» dimanche, après sa troisième place à Monza il y a une semaine.

Du coup, Alonso partira de la quatrième position, dans le sillage direct de son rival, sur le côté sale de la piste.

«Content»

«Je suis assez content de cette position, a affirmé l’Espagnol.

Nous semblons plus proches des McLaren-Mercedes que lors des dernières courses et même s’il sera difficile de les battre, cela ne sera peut-être pas impossible.» Montoya, vainqueur de deux GP cette saison, dont celui d’Italie dimanche dernier, savourait sa première pole position de l’année, la 12e de sa carrière.

«Nous avons changé au dernier moment, vendredi, le moteur de ma voiture, ce qui m’a fait perdre la première séance d’essais, mais finalement, ce n’est pas grave», a commenté le Colombien, satisfait d’avoir bouclé «un bon tour» de qualification.

Il a devancé de cinq centièmes de seconde Raikkonen. «C’est bien pour l’équipe», a commenté laconiquement le Finlandais, peut-être un peu déçu sur le plan personnel de ne pas avoir plus de voitures entre Alonso et lui.

«Il était très difficile de trouver des réglages parfaits, mais finalement ce à quoi nous sommes arrivés n’est pas si mal, je suis content de la voiture», a expliqué Ice Man.

«Je suis confiant en vue de la course, nous allons obtenir un bon résultat, tant moi que l’équipe», a-t-il ajouté. Au championnat des constructeurs, McLaren-Mercedes ne compte que huit points de retard sur Renault.

Pluie

Dimanche, la course pourrait se dérouler sous la pluie, ce dont rêve Michael Schumacher - auteur du 7e temps à un peu plus d’une seconde de Montoya - en espérant que sa Ferrari puisse recoller au peloton de tête dans des conditions de piste difficiles.

«Si la piste reste sèche, nous ne pourrons nous battre que pour les points alors évidemment je préfèrerais qu’il pleuve pour que la course soit plus ouverte», a déclaré le septuple champion du monde, expliquant qu’il avait roulé samedi avec une partie des réglages pour course sur piste mouillée «ce qui explique un manque de vitesse de pointe».

«La pluie ne me dérangerait pas, d’autant que nous partons de devant», a souligné pour sa part Montoya, tandis que Raikkonen a assuré que la McLaren-Mercedes s’était montrée rapide «aussi bien en conditions de piste sèche que de piste humide».

Aussi, comme le souligne le directeur exécutif de l’ingénierie Renault, Pat Symonds, «reste à voir dimanche en course quelles sont les stratégies adoptées par chacun et à garder un oeil sur le toujours imprévisible ciel des Ardennes...»