Nos compatriotes sont allés au bout de l'exploit. Ils coiffent sur le fil les Toyota de Seb Ogier et Elfyn Evans.

Leader jeudi soir après un scratch d'anthologie dans la spéciale la plus délicate du rallye, Thierry Neuville et Nicolas Gilsoul avaient vécu un début de week-end plus compliqué. Comptant jusqu'à seize secondes de retard sur les Toyota samedi midi, nos compatriotes ont ensuite aligné les meilleurs temps : trois sur quatre hier et quatre sur quatre aujourd'hui avec deux fois le célèbre Turini. Un véritable festival Neuville.

Passés en tête à deux spéciales de l'arrivée, nos quintuples vice-champions du monde n'ont pas craqué dans l'ultime « Power Stage » pour finalement s'imposer avec 12.6 secondes d'avance sur Seb Ogier et 14.3 sur Elfyn Evans complétant le podium.


C'est la treizième victoire en WRC de nos compatriotes, la première d'un Belge et d'une Hyundai en 88 éditions sur l'épreuve la plus légendaire, la plus mythique du championnat : le Monte-Carlo. C'est un des plus grands exploits d'un sportif belge et certainement la plus belle manière de lancer sa saison et la difficile quête d'un premier titre mondial.

Monté sur le toit de sa Hyundai sur lequel il s'est ensuite couché pour laisser s'échapper l'émotion, Thierry était soulagé : « Cela faisait longtemps qu'on la voulait celle-là, » s'est-il exclamé après être tombé dans les bras de son papa, premier à l'accueillir. « J'avais un incroyable feeling aujourd'hui. Je me sentais confortable. Les corrections de Dani Sordo étaient parfaites et l'on a pu attaquer jusqu'au bout. »

Avec en prime les cinq points bonus pour quelques centièmes devant Seb Ogier, Thierry réalise le carton plein avec un fantastique 30 sur 30 contre 22 à Seb Ogier. Et après avoir déjà résonné dans les montagnes, la Brabançonne va résonner cet après-midi devant le palais du Prince de Monaco.